EENI École d'Affaires / Business School

Affaires en Arménie, Erevan


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en Arménie

  1. L’introduction à la République d’Arménie
  2. L’économie arménienne
    1. Le profil économique des régions arméniennes (Marzes)
  3. Faire des affaires à Erevan
  4. Le commerce international (exportations, importations) arménien
    1. Le commerce international Union européenne-Arménie
  5. L’investissement direct étranger (IDE) en Arménie
  6. Les opportunités d’affaires en Arménie
  7. L’accès au marché arménien
  8. Le plan d’affaires pour l’Arménie
Les corridors de transport :
  1. Le Corridor international de transport Nord-Sud (Inde, Russie)
  2. Le Corridor de Transport Europe-Caucase-Asie (TRACECA)
  3. Accès au Corridor de transport Afghanistan-Turkménistan-Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie (Lapis-lazuli)

Les objectifs de l’UE « le commerce international et les affaires en Arménie » sont :

  1. Apprendre à faire des affaires en Arménie
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en Arménie
  3. Analyser les relations commerciales de l’Arménie avec le pays de l’étudiant
  4. Connaitre les accords de libre-échange de l’Arménie
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché arménien

Exemple - Le commerce international et les affaires en Arménie :

Partenariat oriental de l’Union européenne (Cours)

L’UE « Commerce international et affaires en Arménie » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :
  1. Doctorats : affaires européennes, commerce mondial
  2. Masters : affaires internationales, commerce international, Europe, Asie
  3. Cours : affaires en Europe orientale

Étudiant maghrébin master / doctorat affaires internationales

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Armenia Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Armenia.

  1. Crédits de l’UE « Les affaires en Arménie » : 1
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
  2. Durée : une semaine

Description - le commerce international et les affaires en Arménie.

Les accords de libre-échange (ALE) et l’accès préférentiel de l’Arménie :

  1. L’Arménie et l’espace économique orthodoxe.
  2. La Communauté des États indépendants (CEI)
    1. La zone de libre-échange (CIS-FTA)
  3. L’Union économique eurasiatique
    1. L’accord de libre-échange (ALE) Union économique eurasienne (UEE)-Vietnam
  4. L’Organisation de la Coopération économique de la mer Noire
  5. L’accord de libre-échange Arménie-Turkménistan
  6. L’accord de libre-échange Arménie-Moldavie
  7. L’accord de libre-échange Arménie-Kazakhstan
  8. L’accord de libre-échange Arménie-Ukraine
  9. L’accord de libre-échange Arménie-Kirghizistan
  10. L’accord de libre-échange Géorgie-Arménie
  11. Les accords de libre-échange de l’Arménie avec la Biélorussie, la Fédération de Russie, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan
  12. Les relations Arménie-Union européenne
    1. L’accord de collaboration et de coopération Union européenne-Arménie
    2. Le partenariat oriental
    3. La Synergie de la mer Noire
    4. Le Système de préférences généralisées (SPG) de l’Union européenne
    5. L’Union européenne et le Caucase du Sud
    6. La politique européenne de voisinage
  13. L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) (État partenaire)

La Communauté économique eurasienne (EurAsEC) (observatrice) - Succédé par l'Union économique eurasiatique (UEEA)

Partenariat oriental de l'Union européenne (l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine)

Corridor de transport Europe-Caucase-Asie TRACECA : l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie, l’Iran, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Moldavie, la Roumanie, le Tadjikistan, la Turquie, l’Ukraine et l’Ouzbékistan

Corridor de transport Afghanistan-Turkménistan-Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie (Lapis-lazuli)

La République d’Arménie :

  1. L’Arménie est un pays situé dans le sud du plateau du Caucase au carrefour entre l’Europe et l’Asie
  2. L’Arménie est devenue indépendante de l’Union soviétique en 1991
  3. La superficie arménienne : 29 743 kilomètres carrés
  4. Erevan est la capitale de la République d’Arménie
  5. Les pays voisins de l’Arménie : la Géorgie, l’Azerbaïdjan, l’Iran, le Nakhitchevan (Azerbaïdjan) et la Turquie
  6. La population arménienne est de 3,2 millions avec un taux de croissance annuelle de 1,4 %
  7. Ethniquement, l’Arménie est un pays homogène avec 96 % d’arméniens
  8. L’arménien est la langue officielle (parlé par 99 % de la population)
    1. Le russe est la deuxième langue

La principale religion de l’Arménie est le christianisme (Église apostolique arménienne, Église orthodoxe)

L’Arménie appartient à l’espace économique orthodoxe.

Opportunités affaires en Arménie

L’économie arménienne et le commerce international arménien.

  1. Comme les autres pays de la CEI (Communauté des États indépendants), l’Arménie a souffert des séquelles d’une économie à planification centralisée et de l’interruption des anciens modèles d’échanges soviétiques
  2. Cependant, le gouvernement de l’Arménie a entreprendre des réformes économiques de grande envergure qui ont permis une croissance économique solide depuis 1995
  3. La croissance est maintenue par la demande domestique et dépend fortement des investissements directs étrangers (IDE) et les envois de devises des arméniens travaillant à l’étranger
  4. RÉGION : l’Europe de l’Est et l’Asie centrale
  5. L’Arménie est un pays de revenu moyen inférieur
  6. Le produit intérieur brut arménien (dollars) : 3 090
    1. L’agriculture : 17,2 %
    2. L’industrie : 36,4 %
    3. Les services : 46,4 %
  7. Faire des affaires - CLASSEMENT : 55
  8. Les exportations de l’Arménie : la Russie (20,2 %), l’Allemagne (17,2 %), les Pays-Bas (12,2 %)
  9. Les importations de l’Arménie : la Russie (19,3 %), la République populaire de Chine) (8,7 %), l’Ukraine (7 %)

L’agriculture : 18 % du produit intérieur brut arménien et emploie 45 % de la population active.

  1. L’Arménie produit surtout du blé, des pommes de terre, des agrumes et des raisins de cuve
  2. Le coton et le tabac sont les récoltes industrielles les plus importantes

Le secteur industriel arménien contribue à 33 % du produit intérieur brut et emploie 15 % de la population.

L’Arménie dispose de gisements de cuivre, molybdène, bauxite, zinc, plomb, fer, or et mercure, qui sert de base au secteur de l’industrie chimique et sont les piliers de ses exportations. Le taux de croissance de la production industrielle a chuté de 12 %. Les produits miniers constituent 40 % des exportations arméniennes, le textile jouant un grand rôle dans ce secteur.

Le secteur tertiaire arménien : 50 % du PIB. Les nouveaux secteurs tels que la technologie d’information et de communication, la bijouterie et même le tourisme commencent à compléter les secteurs traditionnels (agriculture et textile).

L’Arménie dépend de ses voisins (spécialement de la Russie) pour ses besoins énergétiques (le pétrole et le gaz).

L’hydroélectricité est bien développée en Arménie, au point que l’Arménie en exporte.

La joaillerie et la taille des diamants est reconnue comme un domaine stable.

Malgré un taux de croissance de plus de 13 % stimulé par la demande intérieure et l’aide extérieure en provenance d’une diaspora influente, l’économie arménienne continuait cependant de souffrir de l’enclavement de l’Arménie, de la faiblesse de ses ressources naturelles, de l’obsolescence de son appareil industriel ainsi que de la persistance d’un haut niveau de corruption (l’Arménie figurait au 109e rang du classement créé par Transparence Internationale) et d’une faiblesse structurelle du système bancaire obérant les investissements directs étrangers.

La collecte des impôts demeure un problème ; l’économie parallèle représentait un 45 % du PIB.

La baisse des cours mondiaux des matières premières et l’entrée en récession des principaux marchés de l’Arménie (la Russie, l’Union européenne) on provoquait un effondrement des exportations. Parallèlement, les investissements étrangers, dont 75 % viennent de la Russie, sont taris et pourraient chuter un 50 %.

L’Agence de développement arménienne fut créée en 1998 par le gouvernement de la République d’Arménie pour faciliter les investissements directs étrangers et pour promouvoir les exportations.

L’Arménie a conclu des accords de libre-échange (ALE) avec la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie, le Kazakhstan, la Fédération de Russie, l’Ukraine, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et la République kirghize.

L’Arménie est en train d’explorer la possibilité d’améliorer ses relations économiques avec l’Iran.

L’Arménie, avec l’Albanie, l’Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Géorgie, la Grèce, la Moldavie, la Roumanie, la Fédération de Russie, la Serbie, la Turquie et l’Ukraine, sont membres de l’Organisation de la Coopération économique de la mer Noire. L’Arménie est membre de la Communauté des États indépendants (CEI).

Les relations de l’Union européenne avec l’Arménie sont gérées par l’accord d’association et de coopération Union européenne (UE)-Arménie, signé en 1996, et entré en vigueur en 1999. L’Arménie adhère à la politique européenne de voisinage depuis 2004.

Le plan d’action de la politique européenne de voisinage a été examiné par l’Union européenne et le gouvernement arménien avant d’être adopté le 14 novembre 2006.

Commerce international et affaires en Arménie

Accord de libre-échange Arménie-Kazakhstan



(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2021
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page