Faire des affaires à Rio de Janeiro

EENI- École Supérieure de Commerce International

Programme de la sous-unité d’enseignement : commerce international et affaires à Rio de Janeiro (Brésil)

  1. L’approche a l’État de Rio de Janeiro (Brésil)
  2. L’économie « fluminense / carioca »
  3. Les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016
  4. Les principales entreprises de Rio de Janeiro
  5. Les secteurs stratégiques carioques :
      - Les télécommunications
      - L’énergie
      - La santé
      - La technologie
      - L’innovation
      - Multimédia
  6. Étude de cas :
      - PETROBRAS.
      - Jean Marinho
La sous-unité d’enseignement « Faire des affaires à Rio de Janeiro (Brésil) » fait partie :
  1. Doctorat professionnel en affaires en Amérique (EAD)
  2. Cours affaires au Brésil (EAD)
  3. Masters professionnels EAD : affaires internationales (MIB), Amérique, pays BRICS

Outils d’étude en Fr + En Brazil Es Brasil Pt Brasil.

  1. Crédits de la sous-unité d’enseignement « Faire des affaires à Rio de Janeiro » : 1 ECTS (0,5 Crédits AC)
  2. Durée : une semaine

Exemple de la sous-unité d’enseignement - Faire des affaires à Rio de Janeiro (Brésil) :
Affaires à Rio de Janeiro Brésil

Jean Marinho Brésil

Description de la sous-unité d’enseignement (SUE) : commerce international et affaires à Rio de Janeiro (Brésil) :

Rio de Janeiro est un des centres économiques et commerciaux le plus importants de tout l’hémisphère sud.

La ville de Rio de Janeiro a 6 millions d’habitants, c’est la deuxième plus grosse ville du Brésil (après ‎São Paulo) et la troisième de l’Amérique latine.

  1. Rio de Janeiro a le deuxième plus grand PIB du Brésil et le 30e du monde
  2. Selon des données de FIRJAN, l’économie de l’État de Rio de Janeiro équivaut à celle d’un pays comme le Chili
  3. 56 % du PIB brésilien se trouve à 500 kilomètres de la ville
  4. Rio de Janeiro représente 50 % du PIB de l’État (60 millions de dollars) et attire 25 % de l’investissement direct à l’étranger au Brésil. Selon le Financial Times, Rio occupe la première place en Amérique latine pour l’investissement direct étranger (IDE)
  5. Rio de Janeiro a le taux de chômage le plus bas et la meilleur taux d’investissement de la région
  6. 50 % de la capitalisation boursière du BOVESPA appartient à des entreprises situées à Rio
  7. L’État do Rio de Janeiro est le meilleur producteur du pétrole et de gaz naturel de tout le Brésil
  8. C’est également un centre logistique international important avec cinq ports et trois aéroports. Rio dispose de deux principaux ports pour les exportations et les importations : le port de Rio de Janeiro, situé dans la baie de Guanabara, à l’est de la ville et le port d’Itaguaí dans la baie de Sepetiba, à l’ouest de la métropole
  9. La principale activité économique de l’État du Rio de Janeiro est reliée au secteur tertiaire et est fondamentalement la prestation de services
  10. L’économie de l’État est très diversifiée : les industries métalliques, l’acier, chimie, l’agroalimentaire, mécanique, éditorial et la cellulose
  11. Rio de Janeiro est un pôle technologique dans les domaines des télécommunications, l’énergie, la santé, la technologie, l’innovation, média et Entertainment
  12. Limites de l’État de Rio de Janeiro : Minas Gerais, Espírito Santo et São Paulo
  13. FIRJAN (Fédération des Industries de Rio de Janeiro) représente le secteur industriel de Rio de Janeiro aux niveaux régional et local, réunissant les intérêts des syndicats qui lui sont affiliés

Petrobras est une entreprise intégrée d’énergie, en agissant en toute la chaine productive du pétrole et du gaz et dans la production de biocarburants et d’autres énergies alternatives. Elle figure aujourd’hui parmi les quinze plus importantes entreprises pétrolieres mondiales. Elle est selon le Forbes Global 2 000, la huitième entreprise mondiale.
- Entreprise intégrée d’énergie présente en vingt-huit pays, sur les cinq continents
- Troisième plus grande entreprise d’énergie du monde.
- quatrième parmi les entreprises les plus respectées du monde.
- huitième meilleure entreprise globale par valeur de marché et la meilleure du Brésil : 164,8 millions de dollars.

Le plan d’affaires 2011-2015 prévoit l’application de 95 % des investissements (213,5 milliards de dollars) dans les activités développées du Brésil et 5 % dans les activités à l’étranger, en comptant un total de 688 projets. En relation avec le total des investissements, 57 % se rapportent à des projets déjà autorisés pour l’exécution et la mise en œuvre.

Amérique du Sud.



EENI École Supérieure de Commerce International