EENI École d'Affaires / Business School
Affaires au Cameroun, Douala

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires au Cameroun. L’économie camerounaise

  1. L’introduction au Cameroun Cameroun (Étudier, Master, Doctorat, Affaires, Commerce International) (Afrique centrale)
  2. L’économie camerounaise
  3. Le commerce international (exportations, importations) camerounais
  4. Investir au Cameroun
    1. L’Agence de promotion des investissements du Cameroun (CIPA)
  5. Les opportunités d’affaires au Cameroun
    1. L’agriculture et l’agroalimentaire
    2. Le logement et la construction
    3. Les services professionnels
    4. Le secteur minier camerounais
    5. Le tourisme
  6. Étude de cas.
    1. Les Brasseries du Cameroun
    2. Cameroun télécommunications
    3. Le groupe Fadil
  7. L’accès au marché camerounais
  8. Le plan d’affaires pour le Cameroun
Le transport et la logistique au Cameroun
  1. Le port de Douala
  2. Les corridors de transport africains :
    1. Le corridor Tripoli-Windhoek
    2. L’autoroute trans-sahélienne (Corridor Dakar-Cameroun-N’Djaména)
    3. Le corridor Lagos-Mombasa

Les objectifs de l’UE « le commerce international et les affaires au Cameroun » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires au Cameroun
  2. Évaluer les opportunités d’affaires au Cameroun
  3. Analyser les relations commerciales (importations, exportations, IDE) du Cameroun avec le pays de l’étudiant
  4. Connaitre les accords de libre-échange du Cameroun
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché camerounais
  6. Étudier le profil des entreprises camerounaises
L’unité d’enseignement (UE) « Faire des affaires au Cameroun » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Étudiant africaine master / doctorat FOAD en affaires internationales

  1. Masters : affaires en Afrique, affaires internationales, commerce international
  2. Diplôme (DU) : Affaires en Afrique centrale
  3. Doctorats : affaires africains, commerce mondial

Masters et doctorats en affaires internationales adaptés aux Cameroun (Étudier, Master, Doctorat, Affaires, Commerce International) étudiants camerounais.

Les documents d’étude en Masters affaires internationales FOAD Online en français ou Doctorats masters affaires en anglais Cameroon Étudier master FOAD affaires, portugais Camaroes Étudier en espagnol master, doctorat, commerce international Camerún.

  1. Les crédits de l’UE « faire des affaires au Cameroun » : 2 ECTS - CECT
  2. La durée de la formation : deux semaines

Exemple de l’unité « faire des affaires au Cameroun » :
Port de Douala (Cameroun) L’accès au Tchad et à la République centrafricaine. Cours transport maritime





Tweter.png Tweet
Envoyer à un ami:

/ Contacter par Whatsapp / Contacter par Skype / Contact par téléphone / / Imprimer cette page /
Retour à la page précédente Retourner

Description de l’UE - le commerce international et les affaires au Cameroun :

Le Cameroun : 40 % du PIB de la CEMAC

L’accès préférentiel et les accords de libre-échange du Cameroun :

  1. Le Cameroun et l’espace économique d’Afrique centrale
  2. La Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)
  3. La Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)
  4. La zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC)
  5. Des accords commerciales avec la République sud-africaine, l’Égypte, la Suisse, la Chine, la Tunisie et la Russie
  6. La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC)
  7. L’Autorité du bassin du Niger (ABN)
  8. L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA)
    1. L’Acte uniforme relatif au droit du transport de marchandises par route (OHADA)
  9. Les relations Union européenne-Cameroun :
    1. L’accord de partenariat économique intérim Union européenne-Cameroun
    2. Le Partenariat stratégique Afrique-Union européenne (Cotonou)
  10. Les relations États-Unis - Cameroun :
    1. La Loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA)
    2. Le traité bilatéral d’investissement États-Unis - Cameroun
  11. Le Système de préférences commerciales entre les États membres de l’OCI

Les organisations commerciales et économiques africaines :

  1. L’Union africaine
    1. La Convention sur la prévention et la lutte contre la corruption (Union africaine)
  2. La Banque africaine de développement (BAD)
  3. La Commission économique pour l’Afrique (CEA)
  4. Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD)
  5. Le Forum sur la coopération sino-africaine
  6. Le Cadre de la coopération Afrique-Inde
  7. L’Afrique et les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud)
  8. Le Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique (NAASP)
  9. Le Partenariat Afrique-Corée du Sud
  10. Le Partenariat Afrique-Japon (TICAD)
  11. Le Sommet Afrique-Amérique du Sud (ASA)
  12. Le Partenariat Afrique-Turquie
  13. L’Afrique et les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud)

La facilitation des échanges

  1. L’Organisation mondiale du commerce (OMC)
    1. L’Accord sur les obstacles techniques au commerce (OTC)
    2. L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (MSF)
    3. L’Accord sur l’inspection avant expédition (PSI)
    4. L’Accord sur les sauvegardes (SG)
    5. L’Accord sur la facilitation des échanges (AFE)
  2. Les Règles de Hambourg
  3. L’Organisation mondiale des douanes (OMD)
    1. La Convention de Kyoto révisée
  4. L’Organisation maritime internationale (IMO)
    1. La Convention douanière relative à l’admission temporaire (Convention d’Istanbul) (non membre)
    2. La Convention douanière relative aux conteneurs (CCC) (non membre)

Les organisations islamiques :

  1. L’Organisation de la coopération islamique (OCI)
  2. La Banque islamique de développement (BID)
  3. Les Fonds arabes pour le développement
  4. La Coopération afro-arabe
  5. La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA)

Les organisations mondiales :

  1. La Banque mondiale (BM)
  2. Les Nations Unies (NU)
  3. Le Fonds monétaire international (FMI)
  4. La Commonwealth

Le Cameroun

  1. Le Cameroun se situe en Afrique centrale, à pour frontières le Tchad, la République centrafricaine, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Nigeria
  2. La République du Cameroun a une superficie de 475 440 kilomètres carrés et une population de 20 millions d’habitants
  3. Les langues du Cameroun : le français (80 % de la population camerounaise) et l’anglais (20 %)
  4. L’indépendance du Cameroun : 1960 (France)
  5. La capitale camerounaise : Yaoundé (2,5 millions d’habitants)
  6. Douala est la plus grande ville camerounaise : 3 millions d’habitants.
    1. Le port de Douala
  7. Garoua, Bamenda, Maroua, Bafoussam, Ngaoundéré

Les religions au Cameroun :

  1. Les religions traditionnelles africaines
  2. Le christianisme (70 %)
  3. L’islam

Le Cameroun appartient à l’espace économique d’Afrique centrale de la civilisation africaine.

Plus d’informations sur le Cameroun au Portail africain de l’EENI Global Business School (École d’Affaires)

Nous croyons en l’Afrique - EENI École d’Affaires

L’économie camerounaise :

  1. L’économie du Cameroun est fondée sur le secteur primaire (42 % du PIB)
  2. Les sources des bénéfices sont l’agriculture, l’élevage, la pêche, les forêts, les mines et l’industrie
  3. La croissance du PIB camerounais : 5 %
    1. Le secteur tertiaire (47,8 % du PIB)
    2. Le secteur primaire (22,5 %)
    3. Le secteur secondaire (29,7 %)
  4. Le Cameroun représente 40 % du PIB de la CEMAC et 39 % des exportations totales de la CEMAC
  5. L’inflation camerounaise : 2,3 %
  6. Les secteurs économiques les plus dynamiques du Cameroun sont le commerce, la construction, l’agriculture, la fabrication, les industries extractives (le pétrole et le gaz)
  7. La monnaie camerounaise : le Franc CFA (XAF)
  8. La lutte contre la corruption et la pauvreté est l’une des priorités du gouvernement camerounais
  9. L’agriculture est un secteur stratégique de l’économie du Cameroun, qui emploie 70 % de la population active camerounaise et contribue pour 42 % au produit intérieur brut. Les cultures les plus importantes sont le cacao, le café, le coton, la banane, l’hévéa, la pomme de terre, le poivre.
  10. Le secteur des télécommunications se développe très rapidement au Cameroun

Cours Master : commerce international et affaires au Cameroun

Le port autonome de Douala (Cameroun) représente 95 % du trafic maritime du commerce international camerounais.

  1. Le port de Pointe-Noire

Communauté Économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la République du Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.

Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) : le Cameroun, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad

Cours Master : Commerce illicite Ivoire Afrique centrale

Les Brasseries du Cameroun, entreprise agroalimentaire spécialisée dans la fabrication et la distribution des boissons hygiéniques est le leader du secteur industriel au Cameroun. Créée à Douala, en 1948, elle devient filiale du groupe Castel en 1990.

Le groupe Fadil. Mohamadou Bayero Fadil est le PDG du groupe Fadil, créé en 1944. Son entreprise emblématique, le complexe chimique camerounais, a essaimé dans toute l’Afrique centrale à travers l’entreprise de distribution générale (SDG, filiale du groupe Fadil) : elle est présente au Gabon, au Congo, en Centrafrique, au Tchad et en Guinée équatoriale.

(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2021
En raison de la pandémie COVID, l'EENI a mis en place le télétravail. Veuillez contacter uniquement par e-mail, WhatsApp ou via le formulaire de demande d'informations.
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page