EENI École d'Affaires / Business School

Commerce intra-africain


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le plan d’action pour stimuler le commerce intra-africain.

Cette unité d’enseignement se compose de deux parties :

1- Introduction au commerce intra-africain.

  1. La structure du commerce africain ;
  2. Les obstacles au commerce intra-africain ;
  3. La diversification des exportations ;
  4. Le manque d’infrastructures ;
  5. Les zones de libre-échange ;
  6. La libéralisation du commerce international (exportations, importations) ;
  7. Les barrières commerciales ;
  8. Le commerce transfrontalier ;
  9. Les douanes africaines ;
  10. Le réseau d’information commerciale ;
  11. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ;
  12. Les couts élevés de faire des affaires ;
  13. Les marchés financiers et l’accès au crédit ;
  14. Les devises : multiplicité et non convertibilité. Le franc CFA et le rand sud-africain ;
  15. La libre circulation des personnes, de travail et des capitaux ;
  16. Le manque de cadres régionaux pour les services et la libéralisation du commerce.

2- Le plan d’action pour stimuler le commerce intra-africain.

  1. La politique commerciale ;
  2. La facilitation des échanges ;
  3. Le commerce et les infrastructures ;
  4. Le financement du commerce ;
  5. L’information sur le commerce ;
  6. L’intégration comme facteur de marché ;
  7. Vers la zone de libre-échange continentale africaine.

Les objectifs de l’UE « le commerce intra-africain » sont les suivants :

  1. Connaitre la structure du commerce africain (les exportations, les importations, l’IDE, le commerce transfrontalier...) ;
  2. Évaluer les obstacles techniques au commerce intra-africain ;
  3. Analyser les programmes de libéralisation du commerce ;
  4. Comprendre le rôle des douanes africaines ;
  5. Connaitre le plan d’action pour stimuler le commerce intra-africain pour augmenter 25 % le commerce intra-africain de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Exemple :
le commerce intra-africain
Commerce intra-africain. Diversification exportations, douanes africaines

Formation online (cours, master, doctorat) : Intégration régionale en Afrique

Étudiant africaine (cours, master, doctorat) en affaires internationales

L’UE « Le commerce intra-africain » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Cours : intégration régionale en Afrique.

Masters (MIB) : affaires en Afrique, affaires internationales, commerce international.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Doctorat (DIB) : affaires africains, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) ou Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Intra-African Trade Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Comercio Intra-Africano Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Comércio Intra-Africano.

Exemple :
Chaîne de valeur du cacao en Afrique de l’Ouest, Cours

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains (Mali, Niger, Burkina, Sénégal, Togo, Madagascar...)

Intensification du commerce intra-africain.

L’objectif principal du plan d’action pour stimuler le commerce intra-africain est d’augmenter 25 % le commerce intra-africain (actuellement : 10 %) par l’intégration régionale.

L’objectif final est de créer un marché continental (Marché commun africain) : la zone de libre-échange continentale africaine (CFTA).

Formation online (Course Master Doctorat) : Transport et logistique internationale

Les produits africains ont un coût compétitif « à l’usine (EXW) » mais le processus de distribution en Afrique (transport et logistique, manutention, douanes, stockage...) augmentent le prix final en générant une perte de compétitivité.

Le plan d’action pour stimuler le commerce intra-africain identifie plusieurs obstacles au commerce intra-africain (la diversification des exportations, le manque d’infrastructures, les barrières commerciales, le commerce transfrontalier, les douanes...).

  1. L’un des problèmes du commerce intra-africain est les délais des douanes africaines (douze jours, à l’Asie centrale : six jours) ;
  2. Près de 80 % des exportations africaines sont exportées hors de l’Afrique ;
  3. Le développement de guichets uniques nationaux est un facteur clé pour améliorer le commerce intra-africain.

Les communautés économiques régionales (CER), comme le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe), l’IGAD (Autorité intergouvernementale sur le développement), l’EAC (Communauté est-africaine), la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), la CEN-SAD, la CEEAC (Communauté économique des États de l’Afrique centrale) ou de l’Union du Maghreb arabe (UMA)... Sont les piliers clés de cette vision selon le traité d’Abuja (Communauté économique africaine).

  1. Les communautés économiques régionales travaillent dans les zones de libre-échange, les unions douanières, les marchés communs et les unions économiques et monétaires ;
  2. La Commission économique pour l’Afrique et l’Union africaine sont les promoteurs de ce plan ambitieux ;
  3. L’accord tripartite COMESA-EAC-SADC ou l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) sont de bons exemples de l’intégration régionale en Afrique qui peuvent stimuler le commerce intra-africain ;
  4. Maintenant, l’Afrique ne représente que 3 % du commerce mondial ;
  5. La Chine, l’Inde, l’Union européenne et les États-Unis (programme AGOA) sont les principaux partenaires de l’Afrique.

Les pays membres de l’Union africaine (UA) : l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap-Vert, les Comores, la Côte d’Ivoire, Djibouti, l’Égypte, l’Eswatini (Swaziland), l’Éthiopie, l’Érythrée, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, la Libye, Madagascar, le Malawi, le Mali, le Maroc, Maurice, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Rwanda, la République arabe sahraouie démocratique, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Léone, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud, la Tanzanie, le Tchad, le Togo, la Tunisie, la Zambie, le Zimbabwe.

  1. Les chaines de valeur africaines ;
  2. La civilisation africaine.

Portail affaires africains de l’EENI.

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international



(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page