Doctorat en affaires en Afrique (DIB)

EENI- École Supérieure de Commerce International

Doctorat professionnel en affaires internationales spécialisation Afrique (DIB Afrique) (enseignement à distance EAD)

Les objectifs du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique (trois années, 180 ECTS, à distance) sont former aux doctorants pour devenir capables de faire des recherches sur des sujets liés aux affaires en Afrique, le commerce intra-africain, l’économie africaine et la transformation socio-économique, l’intégration régionale africaine, la civilisation africaine... Donc qui permet d’appliquer des solutions créatives et prendre des décisions pour faire des affaires dans les marches africains.

Le doctorat en affaires en Afrique fait partie des doctorats professionnels en affaires internationales, qui ont le double objectif d’apporter une contribution tant à la connaissance qu’à la pratique.

La structure du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique.

Le programme du doctorat professionnel en affaires en Afrique est structuré en trois parties :

Structure du doctorat affaires

1- Étude des unités d’enseignement (activité formative) du doctorat : minimum 20 ECTS, maximum 60 ECTS

Le doctorant doit effectuer une activité de formation (complément formatif) composée par une série d’unités d’enseignement définies selon ses études précédentes et l’axe de recherche (unité de recherche) choisie. La direction du doctorat détermine les compléments de formation qui précisent en fonction de l’axe de recherche sélectionné. Les doctorants peuvent choisir les unités d’enseignement proposées par EENI en fonction de l’unité de recherche sélectionnée avec un minimum de 20 crédits ECTS (10 crédits Crédits AC) et un maximum de 60 ECTS.

Les candidats ayant réussi le Master en affaires en Afrique subsaharienne EENI seront exonérés de réaliser ce complément formatif, en passant directement à la phase de recherche.

Les unités d’enseignement proposées par EENI

L’EENI offre au doctorant une série d’unités d’enseignement liées avec l’Afrique de plus de 150 ECTS (75 AC). Le doctorant, peut sélectionner les unités d’enseignement les plus appropriées en fonction de la thèse à réaliser. Le minimum d’ECTS à sélectionner est de 20 et le maximum de 60. Le doctorant sélectionne les unités d’enseignement une fois formalisée son inscription.

Pour faciliter la sélection des unités d’enseignement, celles-ci sont structurées en plusieurs blocs :

Doctorat en affaires Afrique

  1. La civilisation africaine
  2. Les espaces économiques africaines
  3. Les institutions africaines menant la transformation de l’Afrique
  4. L’économie africaine
  5. Les affaires en Afrique
  6. L’Afrique australe
  7. L’Afrique de l’Est
  8. L’Afrique centrale
  9. L’Afrique de l’Ouest
  10. Le Maghreb
  11. Le transport et la logistique en Afrique
  12. L’intégration régionale en Afrique
  13. Les relations internationales de l’Afrique
  14. Méthodologie de la recherche
  15. Thèse (Mémoire) du doctorat

Ci-dessous on montre des informations plus détaillées sur les unités d’enseignement disponibles.

2- Travaux de recherche et plan de thèse (40 ECTS).

Avec le soutien du directeur de thèse, le doctorant doit réaliser les recherches appropriées ce qui le mènera à la réalisation de son plan de thèse. Le doctorant doit préparer et soumettre un plan de thèse, que comme minimum, doit comprendre le titre provisoire de la thèse, les objectifs poursuivis, la méthodologie à utiliser et les moyens et la planification temporelle.

Le doctorant doit suivre le module « méthodologie de la recherche » ce qui lui introduira dans la méthode d’élaboration d’une thèse.

Des exemples de sujets de recherche sur l’Afrique.

L’EENI appréciera très positivement que les résultats de la thèse puissent bénéficier le développement du continent africain.

Nous croyons en l’Afrique

3- Thèse et soutenance de thèse (120 ECTS).

Sous la supervision du directeur de thèse, le doctorant développe la recherche et présente les résultats obtenus. Le doctorant pourra sélectionner la thématique qu’il souhaite dans les paramètres des axes de recherche proposées par l’EENI, en développant une thèse qui doit être complètement original et propre, laquelle sera publiée dans le la plate-forme d’EENI créée à cet effet.

La direction du doctorat peut autoriser le dépôt des thèses de doctorat comme compendium de publications à condition de réunir les conditions établies par la direction d’EENI.

La soutenance de la thèse se fait par vidéoconférence.

La directrice du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique : Dre Geneviève Barro Kabre

Docteure Geneviève Barro Burkina

  1. Maitre de Conférence (PhD)
  2. Informatique et Biomathématique (LANIBIO), Université d'Ouagadougou (Burkina Faso)
  3. Lauréate du Prix Scientifique 2010 de l’Union africaine. Catégorie science fondamentale. Technologie et Innovation.
  4. Ex-Directrice master en commerce international Université Ouaga 2 et EENI.

Dans le procès d’admission, la direction du doctorat assignera à l’étudiant un tuteur, ce qui est le responsable de coordonner l’activité de l’étudiant dans le programme du doctorat.

En plus, un directeur de thèse est assigné. Il doit guider à l’étudiant en la planification de la thèse et il est le maximum responsable de la cohérence et de la nouveauté de la thèse. Le directeur de thèse pourra être choisi par l’étudiant entre le panneau propre de docteurs de l’EENI ou librement à condition qu’il soit docteur. Le tuteur et le directeur peuvent coïncider. On admet également la cotutelle de thèse.

Professeurs et directeurs de thèse EENI en Afrique : Dre Geneviève Barro, Dr Aliou Niang, Dr Albert Bialufu, Dr Fernandinho Domingos, Dr Ousséni SO, Thierry Somda, Paterson Ngatchou, Adérito Fernandes, Prospero Kemayou...
Enseignants EENI

La directrice des doctorats en affaires internationales (DIB) : Dre Margarita Carrillo.

Dra Marga Carrillo

Demandez des informations sur le doctorat en affaires en Afrique

Langues du doctorat professionnel en affaires en Afrique. Toutes les unités d’enseignement proposées du doctorat sont en français et / ou en anglais. Environ 40 % du reste des unités d’enseignement sont aussi en espagnol (et en portugais). Ainsi, en fonction des unités d’enseignement choisies, le doctorant peut effectuer ce doctorat entièrement en français (ou anglais, espagnol ou portugais) ; les étudiants doivent maitriser ces langues avec un niveau suffisant.

En DIB Africa Es DIB Africa Pt DIB Africa

Durée du doctorat professionnel en affaires en Afrique : maximum de trois années calendaires à raconter depuis l’inscription en Doctorat jusqu’au dépôt de thèse. Si après les trois années calendaires l’étudiant n’a pas déposé la thèse, la Direction du doctorat peut autoriser une prolongation de deux ans au maximum.

  1. Prix du doctorat professionnel en affaires en Afrique : 5 220 euros (tout compris)
  2. 40 % de réduction pour les étudiants africains et de la diaspora africaine. Prix du doctorat pour ces étudiants : 3 123 euros (1 044 euros / an)
  3. Consulter les bourses d’études pour les étudiants de l’Amérique, l’Asie, l’Europe, le Moyen-Orient...

Télécharger la plaquette de présentation du « Doctorat en affaires en Afrique » (PDF).

Éducation pour tous

Conditions d’admission. Les étudiants doivent être en possession d‘un diplôme de master ou avoir un minimum de trois ans d’expérience professionnelle dans le domaine des affaires internationales.

Les étudiants diplômés du master professionnel en affaires en Afrique subsaharienne (EENI) peuvent accéder au doctorat professionnel en affaires en Afrique, en validant les unités qui ont déjà été réussies dans le master.

Le diplôme de doctorat
Le doctorat est délivré après l’évaluation :
- de la participation du doctorant aux unités d’enseignement
- de ses travaux de recherche
- et de la soutenance de sa thèse.

Après la soutenance de la thèse les doctorants obtiendront le diplôme de Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique émis par l'EENI (École Supérieure de Commerce International).

Master en affaires Afrique Présentation en vidéo : Mon expérience comme ex-étudiant EENI.

S’adresse à : des diplômés et des professionnels qui souhaitent poursuivre leur carrière dans le domaine des affaires internationales en mettant l’accent sur l’Afrique.

Vous pouvez commencer le doctorat en affaires en Afrique à n’importe quel moment et n’importe où grâce à notre système d’inscription en continu.

Modalité : enseignement à distance (EAD).

Domaine de spécialisation : Afrique.

Étudiants EENI en Burkina Faso
Master en commerce Burkina

Les marchés analysés au cours du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique :
Doctorat Afrique

Zone du libre-échange continentale

Les axes de recherche (unités de recherche) du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique.

  1. Le doctorant devra sélectionner les unités d’enseignement les plus appropriés pour sa thèse.
  2. Les doctorants peuvent utiliser toute combinaison possible d’unités d’enseignement
  3. Le nombre minimum de crédits ECTS à sélectionner est de 20 et le maximum de 60
  4. Remarque : entre crochets s’indiquent les crédits ECTS

Les espaces économiques africaines

  1. L’espace économique de la civilisation africaine (7 ECTS).
  2. L’espace économique de l’Afrique australe [1]
  3. L’espace économique de l’Afrique de l’Est [2]
  4. L’espace économique de l’Afrique centrale [1]
  5. L’espace économique de l’Afrique de l’Ouest [2]
  6. L’espace économique maghrébin [1]
  7. Les interactions de la civilisation africaine avec d’autres civilisations
  8. Télécharger le programme du module « L’espace économique africain » (PDF)

Les institutions dirigeant la transformation de l’Afrique (5 ECTS).

Africa transformation Institutions

  1. L’Union africaine [1]
  2. La NEPAD [0,7]
  3. La Commission économique pour l´Afrique [1]
  4. La Banque africaine de développement [1,3]
  5. L’Agenda 2063 « L´Afrique que nous voulons » [0,7]
  6. Télécharger le programme du module « Les institutions africaines... » (PDF)

L’Afrique : les affaires et l’économie (5 ECTS).

Afrique affaires et économie

  1. L’État de l’économie africaine [0,6]
  2. La femme africaine [0,4]
  3. Les femmes [0,8] et les hommes d’affaires africains [2]
  4. La gouvernance économique en Afrique [0,4]
  5. Les marchés pionniers en Afrique [0,3].
    1. L’Afrique : le prochain continent émergent.
  6. Télécharger le programme du module « L’Afrique : les affaires et l’économie » (PDF)

Afrique prochain continent émergent

La transformation économique de l’Afrique (5 ECTS).

Transformation économique de l’Afrique

  1. Le secteur agricole africain [1]
  2. La Vision minière africaine [2]
  3. L’Initiative africaine de la croissance verte [0,2]
  4. L’industrie africaine. La politique industrielle africaine. [1,5]
    1. Le Plan d’action pour le développement industriel accéléré de l’Afrique
  5. Le rôle des investissements dans la transformation de l’Afrique [0,3]
  6. Télécharger le programme du module « La transformation économique de l’Afrique » (PDF)

Les affaires en Afrique australe (14 ECTS).

Affaires Afrique australe

  1. L’Union douanière d’Afrique australe (SACU) [0,6]
  2. La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) [1,1]
  3. L’Accord de libre-échange tripartite COMESA-EAC-SADC [0,1]

L’intégration régionale en Afrique australe :
Intégration Afrique australe

Les pays de l’Afrique australe avec accès à la mer :

  1. L’Afrique du Sud [3] : la deuxième plus grande économie africaine. Le premier producteur africain de véhicules
  2. La Namibie [1] : une économie fondée dans l’exploitation minière et l’élevage

Les marchés enclavés de l’Afrique australe :

  1. Le Botswana [1] : les diamants (33 % du PIB)
  2. Le Lesotho [0,5] : une monarchie africaine
  3. Le Swaziland [0,5] : un petit Royaume africaine
  4. La Zambie [1] : un marché frontalier africain
  5. Le Zimbabwe [1] : des énormes ressources minérales

Télécharger le programme du module « Les affaires en Afrique australe » (PDF).

Les affaires en Afrique de l’Est (41 ECTS).

Affaires Afrique de l’Est

  1. Le Marché commun de l’Afrique australe et orientale (COMESA) [2]
  2. La Communauté est-africaine (EAC) [0,5]
  3. L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) [0,1]
  4. L’Initiative du bassin du Nil
  5. La Communauté Économique des pays des Grands Lacs
  6. La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs [0,1]

L’intégration en Afrique de l’Est :
Intégration Afrique de l’Est

Les pays de l’Afrique orientale avec accès à la mer :

  1. Djibouti [2] : une économie fondée sur le transport maritime et les télécommunications
  2. L’Égypte [3] : le contrôle du canal de Suez
  3. L’État d’Érythrée [0,5] : un pays fondé sur l’agriculture de subsistance
  4. Le Kenya [3] : la plus grande économie est-africaine
  5. Le Mozambique [2] : un des pays les plus pauvres au monde
  6. La Tanzanie [2] : un marché pionnier africain
  7. La Somalie [0,5]
  8. Le Soudan [3] : le plus grand pays africain

Les pays enclavés de l’Afrique orientale :

  1. Le Burundi [1] : l’un des dix pays les plus pauvres au monde
  2. L’Éthiopie [3] : le siège de la Commission économique pour l’Afrique et de l’Union africaine
  3. Le Malawi [1] : un pays agricole
  4. Le Rwanda [1] : le pays africain le plus densément peuplé
  5. Le Soudan du Sud [0,5] : le plus jeune pays au monde
  6. L’Ouganda [2] : ouvert à l’investissement (IDE)

Les pays insulaires de l’Afrique orientale :

  1. Les Comores [0,5] : 50 % des comoriens vivent en dessous du seuil international de pauvreté (1,25 dollar / jour)
  2. Madagascar [1] : l’un des pays les plus pauvres de l’Afrique
  3. L’Île Maurice [2] : l’un des principaux centres financiers africains
  4. Les Seychelles [2] : le premier pays de l’Afrique par le développement humain
  5. La Commission de l´Océan Indien

Télécharger le programme du module « Les affaires en Afrique de l’Est » (PDF).

Les affaires en Afrique centrale (26 ECTS).

Afrique centrale affaires

L’intégration en Afrique centrale :

  1. La Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) [0,5]
  2. La Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) [0,5]

Intégration Afrique centrale

Les pays de l’Afrique centrale avec accès à la mer :

  1. L’Angola [3] : un marché frontalier africain
  2. Le Cameroun [2] : 40 % du PIB de la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)
  3. Le Gabon [1] : une position stratégique en Afrique centrale
  4. La Guinée équatoriale [1] : le pays plus riche par habitant de l’Afrique
  5. La République du Congo [1] : un pays pauvre très endetté
  6. La République démocratique du Congo [3] : 99 millions de congolais en 2025

Les marchés enclavés de l’Afrique centrale :

  1. Le Burundi [1]
  2. La République centrafricaine [1] : crise politique
  3. Le Tchad [1] : un nouveau pays exportateur du pétrole
  4. Le Rwanda [1]

Les pays insulaires de l’Afrique centrale :

  1. Sao Tomé-et-Principe [0,5] : un pays touristique

Télécharger le programme du module « Les affaires en Afrique centrale » (PDF).

Les affaires en Afrique de l’Ouest (33 ECTS).

Affaires Afrique de l’Ouest

L’intégration en Afrique de l’Ouest :

  1. L’Union Économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) [1]
  2. La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) [1]
  3. La Zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO)
  4. L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal
  5. L’Autorité du bassin du Niger [0,1]
  6. L’Union du fleuve Mano

Intégration Afrique de l’Ouest

Les pays ouest-africains avec accès à la mer :

  1. Le Bénin [2] : la prédominance du secteur informel béninois
  2. La Côte d’Ivoire [2] : le siège de la Banque africaine de développement et un marché frontalier africain
  3. La Gambie [1] : un pays orienté vers l’exportation agricole
  4. Le Ghana [2] : un marché frontalier africain et deuxième producteur d’or africain
  5. La Guinée-Conakry [1] : des immenses réserves de bauxite et de fer
  6. La Guinée-Bissau [0,5] : l’un des dix pays les plus pauvres au monde
  7. Le Libéria [1] : un pays africain avec une présidente décerné avec le prix Nobel de la paix (Ellen Johnson Sirleaf)
  8. Le Nigeria [3] : la plus grande économie de l’Afrique. La population nigériane en 2100 : 1 000 millions d’habitants
  9. Le Sénégal [2] : l’un des pays africains les moins corrompus
  10. La Sierra Leone [1] : la plus rapide croissance économique en Afrique de l’Ouest
  11. Le Togo [1] : les phosphates et l’agriculture. Le port de Lomé

Les pays enclavés de l’Afrique de l’Ouest :

  1. Le Burkina Faso [1] : l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest qui a mis en œuvre plusieurs réformes
  2. Le Mali [1] : le troisième producteur africain d’or, l’instabilité dans le Nord
  3. Le Niger [1] : les plus grandes réserves d’uranium du monde

Les pays insulaires de l’Afrique de l’Ouest :

  1. Cap-Vert [0,5] : leader africain en stabilité

Télécharger le programme du module « Les affaires en Afrique de l’Ouest » (PDF).

Les affaires au Maghreb (9 ECTS).

  1. L’Union du Maghreb arabe (UMA) [0,7]
Affaires Maghreb
  1. L’Algérie [1] : 50 % de la production de gaz africain. Un marché frontalier africain.
  2. Le Maroc [2] : un marché frontalier africain. L’émergence des chefs d’entreprise marocains en Afrique
  3. La Tunisie [2] : le premier exportateur mondial de dattes. Première destination touristique
  4. La Mauritanie [0,5] : l’exploitation minière et le secteur de la pêche
  5. La Libye [0,5] : la plus grande réserve éprouvée du pétrole de l’Afrique
  6. Les Fonds arabes pour le développement

Les ports du Maghreb.

Télécharger le programme du module « Les affaires au Maghreb » (PDF).

Le transport et la logistique en Afrique (15 ECTS).

  1. Télécharger le programme du module « Transport et logistique en Afrique » (PDF)

Transport et logistique en Afrique

  1. L’approche au transport en Afrique (1 ECTS)
  2. Les infrastructures en Afrique (1 ECTS)
    1. Le Programme pour le Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA) (0,3 ECTS)
  3. Les ports africains. Le transport maritime en Afrique (3 ECTS)
  4. Les corridors africains du transport (3 ECTS)
  5. Les couts de l’infrastructure routière en Afrique (0,2 ECTS)
  6. Le transport et l’intégration régionale en Afrique (0,6 ECTS)
  7. Les TIC, le commerce et l’intégration régionale en Afrique (0,4 ECTS)
  8. Le Plan d’action pour la sécurité routière 2011-2020 Afrique (0,1 ECTS)
  9. Les chaines de valeur africaines (0,5 ECTS)

L’intégration régionale en Afrique (8 ECTS).

Intégration Afrique

  1. L’approche a l’intégration régionale en Afrique. Les Communautés économiques régionales [1]
  2. L’État de l’intégration régionale en Afrique [2]
  3. Le commerce intra-africain [0,5]
  4. Les TIC et l’intégration régionale [0,5]
  5. L’intégration financière [0,5]
  6. Les infrastructures en Afrique [1]
  7. Les chaines de valeur africaines [0,5]
  8. L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) [1]
  9. Le Tripartite COMESA-EAC-SADC [0,1]
  10. La zone du libre-échange continentale africaine [0,5]

Télécharger le programme du module « L’intégration régionale en Afrique » (PDF).

Les relations internationales de l’Afrique (8 ECTS).

Relations internationales Afrique

  1. L’Afrique et les États-Unis (AGOA) (1 ECTS)
  2. L’Afrique et la République populaire de Chine. Le Forum sur la coopération sino-africaine (0,5 ECTS)
  3. L’Afrique et l’Inde. Cadre de la coopération Afrique-Inde (0,5 ECTS)
  4. Le partenariat stratégique Afrique-Union européenne
  5. Les relations France-Afrique
  6. La Coopération afro-arabe (0,5 ECTS)
  7. L’Afrique et la Turquie (0,1 ECTS)
  8. L’Afrique et les pays BRICS (0,3 ECTS)
  9. L’Afrique et l’Asie (0,1 ECTS)
  10. L’Afrique et la Corée du Sud (0,1 ECTS)
  11. L’Afrique et le Japon (0,2 ECTS)
  12. L’Association des États riverains de l’océan Indien (IORA) (0,5 ECTS)
  13. L’Afrique et les pays d’Amérique du Sud (0,5 ECTS)

Télécharger le programme du module « Les relations internationales de l’Afrique ».

La civilisation africaine.

  1. La civilisation africaine
  2. L’Afrique : le berceau de l’humanité
  3. L’origine commune africaine de l’humanité
  4. L’approche de l’histoire de l’Afrique. L’histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO [4]
  5. La civilisation africaine et l’Égypte antique
  6. Les historiens africains [1] et la renaissance africaine : Cheikh Anta Diop, Ahmadou Hampaté Bá, Elikia M’Bokolo, Joseph Ki-Zerbo, Théophile Obenga...
  7. La traite négrière et l’esclavage
  8. Le développement humain en Afrique
  9. La population africaine [0,5]. Les tendances démographiques africaines
  10. L’islam et le christianisme en Afrique
  11. Télécharger le programme du cours « L’histoire de l’Afrique » (PDF)

Non à la corruption dans les affaires en Afrique (4 ECTS).

Non à la corruption affaires

Non à la corruption

  1. Télécharger le programme du module « Non à la corruption » (PDF)

Étudiants africains (EENI)
Étudiants africains

Les principales institutions et organisations analysées au cours du doctorat : l’Union africaine, la Banque africaine de développement, la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (NU), le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, les accords de Cotonou, la Communauté de l’Afrique Orientale, l’Autorité intergouvernementale pour le développement, l’Association des États riverains de l’océan Indien, la Communauté des États sahélo-sahariens, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine, la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest, l’Union du Maghreb arabe (UMA)...

Les principaux marchés analysés dans le doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique : l’Afrique du Sud, le Botswana, l’Angola, la République démocratique du Congo, le Malawi, l’Île Maurice, la Tanzanie, l’Égypte, l’Éthiopie, le Kenya, le Soudan, l’Ouganda, Djibouti, le Malawi, le Burundi, le Tchad, la République du Congo, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, le Rwanda le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Togo, le Sénégal, le Nigeria, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie...

Les principaux cas de chefs d’entreprise Africains analysés au cours du doctorat : Tarek Talaat Moustafa, Hassan Abdalla, Mohamed Mansour. Mohamed Ibrahim. Osama Abdul Latif, Hussein Ali Al Amoudi, Naushad Merali, Mohamed Ali Harrath, Othman Benjelloun, Alhaji Aliko Dangote...

Exemples du doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) spécialisation Afrique

Communauté est-africaine

Stratégie Banque africaine de développement

UEMOA intégration régionale

Alhaji Aliko Dangote

Cheikh Anta Diop

Accord tripartite COMESA-EAC-SADC

Forum Afrique-Inde

Bridgette Radebe

Afrique-Amérique du Sud

Angola affaires

CEA intégration régionale

Mécanisme africain d’évaluation par les pairs

Banque Ouest-Africaine Développement BOAD

Partenariat Afrique-Turquie

Union douanière COMESA

Banque des États de l’Afrique centrale

Initiative bassin Nil

Autorité intergouvernementale pour le développement

Organisation Harmonisation Afrique Droit OHADA

Banque Sahélo-Saharienne Investissement



EENI École Supérieure de Commerce International