EENI École d'Affaires / Business School

Affaires en Égypte, Caire


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en Égypte. L’économie égyptienne.

  1. L’introduction à la République arabe d’Égypte Égypte (Étudier, Master, Doctorat, Affaires, Commerce International)
  2. L’économie égyptienne
    1. Les principaux secteurs de l’économie égyptienne.
  3. Le commerce international égyptien ;
  4. L’investissement direct étranger en Égypte ;
  5. L’accès au marché égyptien ;
  6. Le plan d’affaires pour l’Égypte.

Les hommes d’affaires égyptiens :

  1. Ahmed Mekky ;
  2. Tarek Talaat Moustafa ;
  3. Minoush Abdel-Meguid ;
  4. Hassan Abdalla ;
  5. Mohammed Mansour ;
  6. Onsi Sawiris (Orthodoxe) - Orascom Télécom.

Les objectifs de l’UE « Commerce international et affaires en Égypte » sont :

  1. Apprendre à faire des affaires en Égypte ;
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en Égypte ;
  3. Analyser les relations commerciales de l’Égypte avec le pays de l’étudiant ;
  4. Connaitre les accords commerciaux de l’Égypte ;
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour l’Égypte ;
  6. Étudier le profil des femmes et des hommes d’affaires égyptiens.

Accord d’association Union européenne (France, Belgique)-Égypte

Étudiant maghrébin master / doctorat affaires internationales

L’UE « Commerce international et affaires en Égypte » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School :

Masters : affaires internationales, Afrique.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Diplôme : affaires en Afrique de l’Est.

Formation online (cours, master, doctorat) : affaires en Afrique de l’Est

Doctorat : affaires africains, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Egypt Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Egito Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Egipto.

  1. Crédits de l’UE « Le commerce international et les affaires en Égypte » : 3 ECTS ;
  2. Durée : trois semaines.

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains (Mali, Niger, Burkina, Sénégal, Togo, Madagascar...)

Le commerce global et les affaires en Égypte.

L’Égypte, le « phare culturel » des pays arabes.

Formation online (cours, master, doctorat) : Intégration régionale en Afrique

Formation online (cours, master, doctorat) : Accès préférentiel / Accords commerciaux

L’accès préférentiel et les accords de libre-échange de l’Égypte :

  1. L’Égypte et l’espace économique d’Afrique de l’Est ;
  2. Le COMESA
    1. L’Accord COMESA - États-Unis.
  3. L’Accord COMESA-EAC-SADC ;
  4. La zone de libre-échange continentale africaine ;
  5. L’Accord d’Agadir ;
  6. La CEN-SAD ;
  7. L’Initiative du bassin du Nil ;
  8. L’UE-Égypte
    1. L’accord de partenariat économique UE-Égypte ;
    2. Le Partenariat euro-méditerranéen.
  9. Les accords de libre-échange avec l’AELE et le Cameroun ;
  10. L’accord de libre-échange Royaume-Uni - Égypte ;
  11. L’accord de libre-échange MERCOSUR-Égypte ;
  12. L’Accord de libre-échange Turquie-Égypte ;
  13. Le Système de préférences commerciales de l’OCI ;
  14. La Grande zone arabe de libre-échange ;
  15. Le Protocole concernant les négociations commerciales ;
  16. Le Système global de préférences commerciales ;
  17. L’Association des États de la Caraïbe - pays observateur ;
  18. L’Organisation de la Coopération économique de la mer Noire (BSEC) - pays observateur ;
  19. Le SICA - pays observateur ;
  20. La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) pays invité ;
  21. L’IORA - pays partenaire de dialogue.

COMESA (marché commun de l’Afrique orientale et australe) le Burundi, les Comores, la RD Congo, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya...

Formation online (cours, master, doctorat) : Programmes de Facilitation des échanges (commerce international). Accord AFC

  1. L’OMC
    1. L’Accord général sur le commerce des services ;
    2. L’Accord sur les obstacles techniques au commerce ;
    3. L’Accord sur l’application des mesures sanitaires ;
    4. L’Accord sur l’inspection avant expédition ;
    5. L’Accord sur les sauvegardes ;
    6. L’Accord sur la facilitation des échanges.
  2. Le Bureau des Containers et du Transport Intermodal ;
  3. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI, Convention de Chicago) ;
  4. L’OMD
    1. La Convention de Kyoto.
  5. L’IMO
    1. La Convention sur la sécurité des conteneurs ;
    2. La Convention d’Istanbul (non membre).
  6. La Convention douanière relative aux conteneurs (non membre) ;
  7. Les Règles de Hambourg ;
  8. L’IRU
    1. La Convention TIR ;
    2. Le Code sur l’arrimage sécurisé (véhicules routiers).
  9. L’IATA.

Accord de libre-échange tripartite COMESA-EAC-SADC. PIB : 1 000 milliards de dollars (58 % du PIB de l’Union africaine)

Formation online (cours, master, doctorat) : Organisations islamiques

  1. La CESAO ;
  2. L’Organisation de la coopération islamique
    1. Le Centre de recherches statistiques, économiques et sociales ;
    2. Le Centre islamique pour le développement du commerce ;
    3. La Chambre islamique de commerce et d’industrie ;
    4. Le Comité permanent pour la coopération économique et commerciale.
  3. La Banque islamique de développement ;
  4. La Ligue des États arabes ;
  5. Le Programme de financement du commerce arabe ;
  6. La Coopération afro-arabe ;
  7. La Banque BADEA ;
  8. Le Sommet Amérique du Sud-pays arabes ;
  9. Les Fonds arabes pour le développement ;
  10. Le Dialogue Asie - Moyen-Orient.

Formation online (cours, master, doctorat) : Institutions africaines (UA, AFDB, AUDA-NEPAD, UNECA)

  1. L’Union africaine
    1. La Convention sur la prévention et la lutte contre la corruption (UA).
  2. La Banque africaine de développement ;
  3. La Commission économique pour l’Afrique (CEA) ;
  4. L’AUDA-NEPAD ;
  5. Le Partenariat Corée du Sud-Afrique ;
  6. Le Partenariat Japon-Afrique ;
  7. Le Sommet Afrique-Amérique du Sud ;
  8. Le Partenariat Turquie-Afrique ;
  9. Afrique-BRICS ;
  10. Coopération sino-africaine ;
  11. Le Cadre de la coopération Afrique-Inde ;
  12. Le Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique.

Formation online (cours, master, doctorat) : Mondialisation et organisations

  1. La BM ;
  2. Les NU
    1. Le Centre du commerce international ;
    2. La CNUCED ;
    3. L’OMPI.
  3. Le FMI ;
  4. L’OIF.

Onsi Sawiris, homme d’affaires orthodoxe égyptien (Égypte)

La République arabe d’Égypte (جمهورية مصرالعربية).

  1. La capitale égyptienne : Le Caire ;
    1.  Alexandrie, Shubra El Kheima, Gizeh, Port-Saïd, Suez.
  2. La langue égyptienne : l’arabe ;
  3. L’Égypte est une république semi-présidentielle ;
  4. L’Égypte est devenue indépendante du Royaume-Uni en 1922 ;
  5. La superficie de l’Égypte : 1 001 459 km carrés ;
  6. La population égyptienne : 97 millions de personnes ;
  7. 20% de la population égyptienne est sous le seuil de pauvreté ;
  8. La monnaie de l’Égypte : Livre égyptienne ;
  9. L’Égypte est dans une position stratégique enviable entre trois continents : l’Asie, l’Afrique et l’Europe ;
  10. L’Égypte s’est développé depuis les premiers temps comme une communauté multiculturelle, un mélange de traditions de l’Afrique et du Moyen-Orient, avec l’influence de l’Europe à travers la Méditerranée ;
  11. La société égyptienne est tolérante et accueillante ;
  12. Près de six sur dix Égyptiens ont moins de vingt-cinq ans ;
  13. Les Égyptiens sont enthousiastes, instruits, avant-gardistes et ouverts à des nouvelles opportunités ;
  14. Le système éducatif a amélioré de manière significative ;
  15. L’Égypte offre relativement bien qualifiée, adaptable aux besoins des travailleurs à temps partiel ;
  16. Les frontières égyptiennes : le Soudan, la Libye, Israël et la Palestine ;
  17. La civilisation africaine et l’Égypte antique (Cheikh Anta Diop).

La principale religion en Égypte.

  1. L’islam ;
  2. L’Égypte est majoritairement sunnite, avec environ 80 millions de musulmans (94,7% de la population) ;
  3. La République arabe d’Égypte a reconnu l’islam comme la religion officielle de l’État depuis 1980 ;
  4. La charia est la source principale de la législation de l’Égypte ;
  5. L’école Malékite de la majorité de la jurisprudence islamique (Fiqh) ;
  6. Il y a environ 12 millions de coptes orthodoxes.

Formation online : Islam et affaires (Cours Master Doctorat)

Formation online (cours, master, doctorat) : Christianisme orthodoxe et affaires internationales

Plus d’informations sur l’Égypte au Portail d’affaires africains de l’EENI.

L’Égypte appartient à l’espace économique d’Afrique de l’Est de la civilisation africaine et culturellement aussi à la civilisation islamique.

Ports égyptiens, Port-Saïd, Alexandrie, El Adabey, Hurghada, Nuweibaa. Cours transport maritime

L’Égypte : un emplacement stratégique (l’Afrique - le Moyen-Orient). Le contrôle du canal de Suez

L’économie égyptienne :

  1. L’Égypte représente un grand marché domestique pour tout investisseur ;
  2. PIB (nominal) de l’Égypte : 216 830 milliards de dollars ;
  3. L’inflation égyptienne (IPC) : 10,1 % ;
  4. Le chômage : 9,7% ;
  5. Les plus grands secteurs économiques de l’Égypte sont le tourisme, le textile, le ciment, l’industrie alimentaire, les produits chimiques, les métaux, les médicaments, les hydrocarbures, la construction ;
  6. L’Égypte est considérée comme la porte à certains des plus grands marchés au monde, l’Égypte a conclu des accords commerciaux préférentiels régionaux avec plusieurs pays ;
  7. L’Égypte est le centre d’une région de 800 millions de personnes et un centre pour le trafic maritime du monde avec des ports commerciaux sur la Méditerranée et la mer Rouge ;
  8. La République arabe d’Égypte a enregistré un taux de croissance moyen de 3,5 % en raison spécialement de chocs exogènes ;
  9. Cependant, bénéficiant de la reprise mondiale et de la dépréciation de la livre, la croissance ne cesse de s’améliorer avec 4,1 %, dopée aussi par une forte croissance de la demande dans le secteur du tourisme et une reprise de l’investissement direct étranger ;
  10. Les principales recettes de l’Égypte proviennent du secteur du tourisme (6,4 milliards de dollars), des transferts des travailleurs émigrés (4,3 milliards de dollars), des recettes du canal de Suez (3,3 milliards de dollars) et des exportations de pétrole (1,2 milliards de dollars) ;
  11. L’Égypte (Afrique) dispose d’une main-d’oeuvre abondante et à faible coût ;
  12. L’Égypte se bénéficie de ressources en devises diversifiées : le canal de Suez, le tourisme, les transferts privés, les exportations de pétrole et de gaz ;
  13. Le niveau des réserves en devises est confortable et l’endettement extérieur reste modéré ;
  14. Son positionnement comme médiateur régional lui assure le soutien politique et financier des pays occidentaux ;
  15. L’Égypte a repris depuis juillet 2004 un programme de réformes structurelles pour assainir les conditions de la croissance économique.

Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) : le Bénin, le Burkina Faso, les Comores, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, Djibouti...

Canal de Suez : 8 % du commerce maritime mondial (Égypte, Cours, Transport)

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

Le commerce international égyptien.

  1. Les exportations égyptiennes : 22,91 milliards de dollars ;
  2. Les principaux marchés d’exportation de l’Égypte sont l’Italie, les États-Unis, l’Espagne, l’Inde, la Syrie, l’Arabie saoudite, le Japon... ;
  3. Les importations égyptiennes : 43,98 milliards ;
  4. Les principaux fournisseurs de l’Égypte sont les États-Unis, la Chine, l’Italie, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite...

Mohamed Mansour. Homme d’affaires égyptien (Égypte)

Association européenne de libre-échange (AELE)-Égypte Accord de libre-échange

Tarek Talaat Moustafa (homme d’affaires égyptien)


(c) EENI Global Business School 1995-2023
Nous nutilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page