EENI École d'Affaires / Business School

Affaires au Kenya, Nairobi


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en République du Kenya (Mombasa). L’économie kényane.

  1. L’introduction à la République du Kenya Kenya (Étudier, Master, Doctorat, Affaires, Commerce International) (Afrique de l’Est)
    1. Bethwell Allan Ogot ;
    2. Ali Al’amin Mazrui.
  2. L’économie kényane
    1. Les principales organisations économiques.
  3. Le commerce international kényan
    1. Les accords commerciaux du Kenya.
  4. L’investissement direct étranger (IDE) au Kenya ;
  5. Les opportunités d’affaires au Kenya :
    1. L’industrie agroalimentaire ;
    2. L’horticulture ;
    3. La fabrication ;
    4. Les technologies de l’information et de la communication ;
    5. Les infrastructures...
  6. Étude de cas.
    1. General Motors en Afrique orientale ;
    2. REA Vipingo ;
    3. Les Brasseries est-africaines ;
    4. Le Système automatisé d’exploitation du terminal de Kilindini ;
    5. M-PESA Kenya.
  7. L’accès au marché kényan ;
  8. Le plan d’affaires pour le Kenya.
Hommes d’affaires kényans
  1. Naushad Merali ;
  2. Bhimji Depar Shah.

Les objectifs de l’UE « Le commerce international et les affaires au Kenya » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires au Kenya ;
  2. Évaluer les opportunités d’affaires au Kenya ;
  3. Connaitre les accords de libre-échange du Kenya ;
  4. Analyser les relations commerciales (importations, exportations, IDE) du Kenya avec le pays de l’étudiant ;
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché kényan ;
  6. Étudier le profil d’hommes d’affaires et des entreprises kényanes.

Exemple :
Le commerce international et les affaires au Kenya :
Afrique guichet unique

Formation online (cours, master, doctorat) : affaires en Afrique de l’Est

Étudiant africain doctorat / master FOAD en affaires internationales

L’UE « Les affaires au Kenya » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Doctorat (DIB) : affaires africains, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Masters (MIB) : affaires en Afrique, affaires internationales, commerce international.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Diplôme (DU) : affaires en Afrique de l’Est.

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Kenya Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Quenia Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Kenia.

  1. Crédits de l’UE « Le commerce international et les affaires au Kenya » : 3
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : trois semaines.

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains (Mali, Niger, Burkina, Sénégal, Togo, Madagascar...)

Le commerce international et les affaires au Kenya.

Le Kenya : la plus grande économie en Afrique de l’Est, un marché pionnier africain et l’un des moteurs économiques de l’Afrique.

Formation online (cours, master, doctorat) : Transport et logistique en Afrique

Formation online (cours, master, doctorat) : Intégration régionale en Afrique

Exemple :
Corridor Nord Afrique, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Kenya (Cours transport routier)

Formation online (cours, master, doctorat) : Programmes de Facilitation des échanges (commerce international). Accord AFC

La facilitation des échanges.

  1. L’Organisation mondiale du commerce (OMC)
    1. L’Accord général sur le commerce des services (AGCS) ;
    2. L’Accord sur les obstacles techniques au commerce (OTC) ;
    3. L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (MSF) ;
    4. L’Accord sur l’inspection avant expédition (PSI) ;
    5. L’Accord sur les sauvegardes (SG) ;
    6. L’Accord sur la facilitation des échanges (AFE).
  2. Le Bureau International des Containers et du Transport Intermodal (BIC) ;
  3. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI, Convention de Chicago) ;
  4. L’Organisation mondiale des douanes (OMD)
    1. La Convention de Kyoto révisée (CKR).
  5. L’Organisation maritime internationale (IMO)
    1. La Convention internationale sur la sécurité des conteneurs (CSC) ;
    2. La Convention douanière relative à l’admission temporaire (Convention d’Istanbul) (non membre).
  6. La Convention douanière relative aux conteneurs (CCC, NU) (non membre) ;
  7. L’Association du transport aérien international (IATA) ;
  8. La Convention sur le transport de marchandises par mer (Règles de Hambourg, NU).

Exemple :
COMESA (marché commun de l’Afrique orientale et australe) le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya...

Formation online (cours, master, doctorat) : Institutions africaines (UA, AFDB, AUDA-NEPAD, UNECA)

Les organisations commerciales et économiques africaines.

  1. L’Union africaine (UA)
    1. La Convention lutte contre la corruption (Union africaine).
  2. La Banque africaine de développement (BAD) ;
  3. La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) ;
  4. L’AUDA-NEPAD (Agence de développement de l’Union Africaine)
    1. Le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA).
  5. Le Forum sur la coopération sino-africaine ;
  6. L’Afrique et les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ;
  7. La Coopération afro-arabe ;
  8. La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) ;
  9. Le Forum Afrique du Sud-Inde ;
  10. Le Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique ;
  11. Le Sommet Afrique-Amérique du Sud (ASA) ;
  12. Le Partenariat Turquie-Afrique ;
  13. Le Partenariat Corée du Sud-Afrique ;
  14. Le Partenariat Japon-Afrique.

Formation online (cours, master, doctorat) : Mondialisation et organisations

Les organisations mondiales :

  1. La Banque mondiale (BM) ;
  2. Les Nations Unies (NU)
    1. Le Centre du commerce international (CCI INTRACEN) ;
    2. La Conférence sur le commerce et le développement (CNUCED) ;
    3. L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) ;
    4. La Commission pour le droit commercial international (CNUDCI).
  3. Le Fonds monétaire international (FMI).

Exemple :
Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) : Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud et l’Ouganda

La République du Kenya est considérée comme un marché pionnier en Afrique.

  1. Les frontières du Kenya : l’Éthiopie, la Somalie, la Tanzanie, l’Ouganda et le Soudan du Sud ;
  2. La population kényane : 49,1 millions d’habitants ;
  3. La superficie du Kenya : 582 650 kilomètres carrés ;
  4. La capitale du Kenya : Nairobi (4 millions d’habitants) ;
  5. Nairobi, Mombasa, Kisumu, Nakuru, Eldoret ;
  6. Les langues officielles : l’anglais et le swahili ;
  7. La monnaie kényane : le shilling kényan (KES) ;
  8. Le type de gouvernement du Kenya : République présidentielle ;
  9. L’abolition de l’esclavage : 1907 ;
  10. Le Kenya a obtenu l’indépendance du Royaume-Uni en décembre 1963.

Les religions du Kenya :

  1. Le christianisme (le catholicisme et le protestantisme) ;
  2. Les religions traditionnelles africaines ;
  3. L’islam (Fiqh : Chaféisme) ;
  4. 1 % de la population kényane est hindouiste.

Le Kenya appartient à l’espace économique d’Afrique de l’Est de la civilisation africaine.

Plus d’informations sur le Kenya au Portail affaires africains de l’EENI.

Formation online : Christianisme et affaires (catholicisme, protestantisme)

Exemple :
Transfert d’argent M-PESA Afrique

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

L’économie kényane.

La République du Kenya est la première économie de l’Afrique orientale.

  1. Son emplacement stratégique et son infrastructure bien développée font un choix naturel pour les investisseurs ; nombreuses entreprises internationales ont fait leur pôle régional ;
  2. Le secteur agricole de la République du Kenya contribue au 24 % du PIB et environ 19 % de l’emploi salarié formel ;
  3. On estime que 60 % de tous les ménages sont engagés dans des activités agricoles et 84 % des ménages ruraux possèdent du bétail ;
  4. L’industrie manufacturière de la République du Kenya a représenté 4,1 %, l’industrie de la construction, 3,5 %, le commerce de gros et de détail, les réparations, 9,5 %, le tourisme et les hôtels, 15,1 % et les transports et la communication, 9,7 % ;
  5. La principale source de revenus : le tourisme ;
  6. Les principales cultures du Kenya : le thé et le café (30 % du PIB) ;
  7. Le port de Mombasa est le plus important dans la région ;
  8. Le Kenya est un centre financier et logistique de l’Afrique orientale ;
  9. Le Kenya est l’un des moteurs de la croissance africaine ;
  10. Une inflation contrôlée ;
  11. Accès au port de Dar es Salam (Tanzanie).

Exemple :
Port Mombasa (Kenya). La porte d’entrée au Burundi, à la République démocratique du Congo, à l’Éthiopie, au Rwanda, au Soudan, au Soudan du Sud, à la Somalie et à la Tanzanie. Cours transport maritime

Exemple :
Corridor de croissance Asie-Afrique, Espace économique afro-indo-asiatique, le Kenya, Madagascar, l’Île Maurice, les Seychelles, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe...

Exemple :
Naushad N. Merali entrepreneur

Exemple :
Communauté est-africaine (EAC) : le Burundi, le Rwanda, la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et le Soudan du Sud

Exemple :
Accord de libre-échange tripartite COMESA-EAC-SADC : le Burundi, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, l’Égypte, l’Érythrée, l’Éthiopie...

Exemple :
Kenya Vipingo

Exemple :
Initiative du bassin du Nil : le Burundi, la République démocratique du Congo, l’Égypte, l’Éthiopie, le Kenya, le Rwanda, le Soudan du Sud, le Soudan, la Tanzanie et l’Ouganda


(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page