EENI-École d'Affaires

Affaires en République centrafricaine

EENI- École Supérieure de Commerce International

Programme de l’unité d’enseignement : le commerce international et les affaires en République centrafricaine (Bangui).

  1. L’introduction à la République centrafricaine Centrafricaine (Afrique centrale)
  2. Les affaires à Bangui
  3. L’économie centrafricaine
  4. Le commerce international centrafricain
  5. Étude de cas :
    1. Les transports
    2. Les télécommunications
    3. Le groupe Kamach
  6. L’accès au marché centrafricain
  7. Le plan d’affaires pour la République Centrafricaine

Les objectifs de l’unité d’enseignement « le commerce international et les affaires en République centrafricaine » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires en République centrafricaine
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en République centrafricaine
  3. Connaitre les accords de libre-échange de la République centrafricaine
  4. Analyser les relations commerciales de la République centrafricaine avec le pays de l’étudiant
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché centrafricain
  6. Étudier le profil des entreprises centrafricaines
L’unité d’enseignement « Faire des affaires en République centrafricaine » fait partie :
  1. Cours à distance : Afrique centrale
  2. Doctorat en affaires en Afrique
  3. Masters : affaires internationales, Afrique subsaharienne
  4. Licence en affaires interafricaines

Outils d’étude du cours en Français ou Anglais Central Africa Portugais República Centroafricana Espagnol República Centroafricana.

  1. Crédits de l’unité d’enseignement « faire des affaires en République centrafricaine » : 1 ECTS - CECT
  2. Durée : une semaine

Recommandations pour les étudiants centrafricains.

Nous croyons en Afrique (EENI)

Exemple de l’unité d’enseignement - Le commerce international et les affaires en République centrafricaine :
Faire des affaires en République centrafricaine

Description de l’unité d’enseignement : le commerce international et les affaires en République centrafricaine.

La République centrafricaine : un pays en transition économique.

La République centrafricaine (Afrique) :

  1. Les incalculables contraintes au développement économique de la République centrafricaine sont fondamentalement liées à sa superficie très vaste (623 000 kilomètres carrés) et peu peuplé (3 900 000 habitants, six habitants par kilomètres carrés)
  2. La pauvreté est un phénomène réel en République centrafricaine : 67 % de la population centrafricaine vive en dessous du seuil de pauvreté
  3. Les pays voisins : le Soudan, le Soudan du Sud, le Tchad, le Cameroun, la République du Congo et la République démocratique du Congo
  4. Les villes : Bangui (623 000 habitants, Capitale), Bimbo, Berberati, Carnot, Bambari, Bouar..
  5. Les langues officielles : le français et le sango
  6. La superficie de la République centrafricaine : 623 000 kilomètres carrés
  7. La population centrafricaine : 4 millions d’habitants
  8. La pauvreté : 67 % de la population
  9. L’indépendance centrafricaine : 1960 (France)

Les religions en République centrafricaine :

  1. Le christianisme : le protestantisme (51 %) et le catholicisme (29 %)
  2. L’islam (10 %)

La République centrafricaine appartient à l’espace économique de l’Afrique centrale de la civilisation africaine.

L’économie centrafricaine :

  1. La monnaie centrafricaine : le Franc CFA (XAF)
  2. L’agriculture représente 55 % du PIB de la République centrafricaine
  3. Les principales cultures centrafricaines sont le manioc, les bananes, le maïs, le café, le coton et le tabac
  4. La région du nord-ouest et le centre de la République centrafricaine représentent un bassin agricole notable pour les cultures de coton et de canne à sucre
  5. L’exploitation forestière en République centrafricaine contribue largement au produit intérieur brut, avec d’importantes ressources en bois tropicaux
  6. L’activité minière (or et diamants) représente l’autre ressource importante de la République centrafricaine en matière de recettes d’exportation : la production officielle, surtout artisanale, de diamants de joaillerie était de 500 000 carats annuels

Le commerce international centrafricain :
Commerce international centrafricaine

Le tissu industriel centrafricain est presque inexistant et n’a pas été développé par rapport aux pays voisins (Cameroun), il a aussi souffert de problèmes militaires.

  1. Grave crise politique : cadre de transition (président autoproclamé)
  2. La croissance du PIB centrafricain : -34,2 %. Prévisions 2015 : 1,5 %
    - Le secteur primaire : 50 % du PIB
    - Le secteur secondaire : 20 %
    - Le secteur tertiaire : 30 %
  3. L’inflation : 6,5 %
  4. La monnaie : le Franc CFA
  5. Le secteur centrafricain le plus dynamique : les nouvelles technologies d’information
  6. Potentiel minier : les diamants, l’or, l’uranium, le fer, le pétrole...

La République centrafricaine à un accès préférentiel aux marchés suivants...

  1. La Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)
  2. La Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)
  3. La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)
  4. Le Système de préférences généralisées (SPG)
  5. L’Accord de Cotonou - Union européenne

Les ports les plus proches :

  1. Le port de Douala (Cameroun) à 1 500 kilomètres : le principal port du commerce de la République centrafricaine (Corridor Lagos-Mombasa)
  2. Le port de Pointe Noire (Congo) - chemin de fer Congo-Océan et pour voie navigable

Port de Douala (Cameroun)

Les corridors transafricains :

  1. Le corridor Tripoli-Windhoek
  2. Le corridor Lagos-Mombasa

Transport en République centrafricaine

La République centrafricaine est membre de/du :

  1. Le Forum Afrique-Inde
  2. La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs
  3. Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD)
  4. La Banque africaine de développement
  5. La Commission économique pour l’Afrique (CEA)
  6. Le Forum sur la coopération sino-africaine
  7. L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA)
  8. L’Union africaine (UA)
  9. La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC)
  10. Le Sommet Afrique-Amérique du Sud (ASA)
  11. L’Organisation internationale de la Francophonie

Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)

Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)

Le groupe Kamach est en pleine expansion, fondé sur une gestion rigoureuse et une stratégie de partenariat et d’échanges. Le développement du groupe KAMACH se construit surtout sur les métiers de la distribution en biens d’équipements électriques et l’exploitation forestière.

Communauté des États sahélo-sahariens

Commerce illicite Ivoire Afrique centrale


(c) EENI- École Supérieure de Commerce International