EENI École d'Affaires / Business School

Commerce et affaires en Tunisie, Tunis


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en Tunisie. L’économie tunisienne.

  1. L’introduction à la République tunisienne (Le Maghreb)
    1. L’historien Hichem Djaït.
  2. Affaires à Tunis, Sfax, Sousse ;
  3. L’économie tunisienne
    1. Les secteurs industriels tunisiens : l’agroalimentaire, l’électrique, le textile, le cuir. ;
    2. L’Agence de promotion de l’Industrie.
  4. Le commerce international tunisien
    1. La Direction générale des douanes.
  5. Les investissements directs étrangers (IDE) en Tunisie
    1. Le Conseil supérieur de l’exportation et de l’investissement ;
    2. L’Agence de promotion de l’investissement extérieur.
  6. Les entreprises tunisiennes :
    1. Mohammed Ali Harrath ;
    2. BENETTON Tunisie ;
    3. UNILEVER ;
    4. Danone et STIAL ;
    5. Tunisie Telecom ;
    6. Best Brands ;
    7. Confection Idéale du Sud.
  7. L’accès au marché tunisien ;
  8. Le plan d’affaires pour la Tunisie.

Les objectifs de l’UE « Le commerce international et les affaires en Tunisie » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires en Tunisie ;
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en Tunisie ;
  3. Connaitre les accords de libre-échange de la Tunisie ;
  4. Analyser les relations commerciales (importations, exportations, IDE) de la Tunisie avec le pays de l’étudiant ;
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché tunisien ;
  6. Étudier le profil des entreprises tunisiennes.

Exemple :
Le commerce international et les affaires en Tunisie :
Ports tunisiens, La Goulette, Rades, Bizerte, Sousse, Sfax. Cours transport maritime

Formation online (cours, master, doctorat) : affaires au Maghreb

Étudiant maghrébin master / doctorat affaires internationales

L’UE « Commerce international et affaires en Tunisie » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Cours : affaires au Maghreb.

Masters (MIB) : affaires en Afrique, affaires internationales, commerce international.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Doctorat (DIB) : affaires africains, affaires islamiques, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Oussama Bouazizi : enseignant de l’EENI.

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) ou Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Tunisia Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Tunisia Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Túnez.

  1. Crédits de l’UE « Commerce international et affaires en Algérie » : 2
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : deux semaines.

Masters et doctorat en affaires internationales adaptés pour les Tunisie (Étudier, Master, Doctorat, Affaires, Commerce International) étudiants tunisiens.

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains (Mali, Niger, Burkina, Sénégal, Togo, Madagascar...)

Commerce international et affaires en Tunisie.

La Tunisie : le premier exportateur mondial de dates. La principale destination touristique de la Méditerranée.

Formation online (cours, master, doctorat) : Transport et logistique en Afrique

Le transport et la logistique en Tunisie
  1. Les ports tunisiens ;
  2. Les corridors de transport africains :
    1. Le corridor Tripoli-Windhoek ;
    2. Le corridor Alger-Lagos (transsaharien) ;
    3. Le corridor Le Caire-Dakar.

Formation online (cours, master, doctorat) : Intégration régionale en Afrique

Exemple :
Accord d’association Union européenne (France, Belgique...)-Tunisie

Formation online (cours, master, doctorat) : Programmes de Facilitation des échanges (commerce international). Accord AFC

La facilitation des échanges.

  1. L’Organisation mondiale du commerce (OMC)
    1. L’Accord général sur le commerce des services (AGCS) ;
    2. L’Accord sur les obstacles techniques au commerce (OTC) ;
    3. L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (MSF) ;
    4. L’Accord sur l’inspection avant expédition (PSI) ;
    5. L’Accord sur les sauvegardes (SG) ;
    6. L’Accord sur la facilitation des échanges (AFE).
  2. Le Bureau International des Containers et du Transport Intermodal (BIC) ;
  3. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI, Convention de Chicago) ;
  4. L’Organisation mondiale des douanes (OMD)
    1. La Convention de Kyoto révisée (CKR).
  5. L’Organisation maritime internationale (IMO)
    1. La Convention internationale sur la sécurité des conteneurs (CSC) ;
    2. La Convention douanière relative à l’admission temporaire (Convention d’Istanbul) (non membre).
  6. La Convention douanière relative aux conteneurs (CCC, NU) ;
  7. L’Union Internationale des Transports Routiers (IRU)
    1. La Convention TIR ;
    2. Le Code sur l’arrimage sécurisé des charges sur les véhicules routiers.
  8. La Chambre de commerce internationale (CCI) ;
  9. Les Règles uniformes concernant le contrat de transport international ferroviaire (CIM, CIT) ;
  10. La Convention COTIF (transport ferroviaire) ;
  11. La Convention internationale sur l’harmonisation des contrôles des marchandises aux frontières (UNECE) ;
  12. La Convention sur le transport de marchandises par mer (Règles de Hambourg, NU) ;
  13. Les Règles de Rotterdam (non membre).

Exemple :
Facilitation des échanges. Accord AFC. Douanes. Paiements. Chaîne d'approvisionnement mondiale

Formation online (cours, master, doctorat) : Organisations islamiques

Les organisations islamiques :

  1. L’Organisation de la coopération islamique (OCI)
    1. La Chambre islamique de commerce et d’industrie ;
    2. Le Comité permanent pour la coopération économique et commerciale ;
    3. Le Centre de recherches statistiques, économiques et sociales (SESRIC) ;
    4. Le Centre islamique pour le développement du commerce ;
    5. Le Système de préférences commerciales entre les États membres de l’OCI.
  2. La Coopération afro-arabe ;
  3. La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) ;
  4. Le Sommet Amérique du Sud-pays arabes (ASPA) ;
  5. La Banque islamique de développement (BID) ;
  6. La Ligue des États arabes (LAS) ;
  7. La Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO) ;
  8. Le Dialogue Asie - Moyen-Orient (AMED) ;
  9. Le Programme de financement du commerce arabe (ATFP) ;
  10. Les Fonds arabes pour le développement
    1. Le Fonds monétaire arabe ;
    2. Le Fonds arabe pour le développement économique et social ;
    3. Le Fonds de l’OPEP pour le développement international ;
    4. Le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement.

Formation online (cours, master, doctorat) : Institutions africaines (UA, AFDB, AUDA-NEPAD, UNECA)

Les organisations commerciales et économiques africaines :

  1. L’Union africaine (UA)
    1. La Convention sur la prévention et la lutte contre la corruption (Union africaine).
  2. La Banque africaine de développement (BAD) ;
  3. La Commission économique pour l’Afrique (CEA) ;
  4. L’Agence de développement de l’Union Africaine (AUDA-NEPAD) ;
  5. Le Partenariat Corée du Sud-Afrique ;
  6. Le Partenariat Japon-Afrique ;
  7. Le Forum sur la coopération sino-africaine ;
  8. Le Cadre de la coopération Afrique-Inde ;
  9. L’Afrique et les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ;
  10. Le Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique (NAASP) ;
  11. Le Sommet Afrique-Amérique du Sud (ASA) ;
  12. Le Partenariat Turquie-Afrique.

Formation online (cours, master, doctorat) : Mondialisation et organisations

Les organisations mondiales :

  1. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ;
  2. La Banque mondiale (BM) ;
  3. Les Nations Unies (NU)
    1. Le Centre du commerce international (CCI INTRACEN) ;
    2. La Conférence sur le commerce et le développement (CNUCED) ;
    3. L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).
  4. Le Fonds monétaire international (FMI) ;
  5. L’Organisation de la Coopération économique de la mer Noire (BSEC) - pays observateur.

Exemple :
Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) : le Bénin, le Burkina Faso, les Comores, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, Djibouti...

La République tunisienne.

La République tunisienne est stratégiquement située au carrefour de la région MENA (Afrique du nord et Moyen-Orient) et l’Union européenne (UE).

  1. La capitale tunisienne : Tunis ;
  2. La superficie de la Tunisie : 163 610 kilomètres carrés ;
  3. La population tunisienne : 10 982 754 millions d’habitants ;
  4. Les frontières tunisiennes : l’Algérie et la Libye ;
  5. Les principales langues de la Tunisie : l’arabe, le français et le berbère ;
  6. Le type de gouvernement : République parlementaire unitaire monocamérale ;
  7. La monnaie de la Tunisie : le dinar tunisien (TND) ;
  8. L’abolition de l’esclavage en la Tunisie : 1846 ;
  9. L’indépendance tunisienne : mars 1956 (France).

Plus d’informations sur la Tunisie au Portail affaires africains de l’EENI.

La religion de la Tunisie :

  1. 98 % de la population tunisienne est musulmane sunnite (Islam) ;
  2. Le Fiqh (jurisprudence islamique) : école malékite ;
  3. L’islam est la religion officielle de l’État en Tunisie.

La Tunisie appartient à :

  1. La civilisation islamique ;
  2. L’espace économique maghrébin de la civilisation africaine.

Formation online : Islam et affaires (Cours Master Doctorat)

Exemple :
Hichem Djaït (historien tunisien) Les travaux de Djaït sur l’histoire islamique médiévale

L’économie tunisienne.

Par sa dimension petite, la République tunisienne est un marché modeste. Néanmoins, la Tunisie à dix millions de consommateurs dotés d’un pouvoir d’achat relativement grand (comparé avec la région) pour permettre un accès relativement important aux produits de consommation et d’équipement. En moins de dix ans, le revenu par habitant de la Tunisie a doublé.

  1. Le PIB tunisien : 47,13 milliards de dollars
    1. L’agriculture : 11 % ;
    2. L’industrie : 35,3 % ;
    3. Les services : 53,7 %.
  2. Le PIB par habitant : 4 329 dollars ;
  3. La croissance du PIB tunisien : 2,81 % ;
  4. La dette publique : 44,32 % du PIB ;
  5. L’inflation tunisienne : 6,04 %.

La production tunisienne est ouverte à la concurrence globale. Les prix à la production sont régis par des mécanismes du marché (à l’exception de quelques produits sensibles).

Tunis est le premier pôle économique et industriel de la Tunisie (1/3 des entreprises tunisiennes et 1/3 du produit intérieur brut tunisien).

Exemple :
Mohammed Ali Harrath (homme d’affaires tunisien)

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

  1. Les principaux partenaires à l’exportation de la Tunisie sont l’Union européenne (la France, l’Italie, l’Allemagne), la Libye, les États-Unis.. ;
  2. Les principaux partenaires à l’importation de la Tunisie sont l’Union européenne (la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne), la Chine, l’Algérie.

La République tunisienne est :

  1. La première destination touristique au sud de la Méditerranée ;
  2. La première exportatrice mondiale ;
  3. La deuxième exportatrice mondiale d’acide phosphorique et de triple superphosphate ;
  4. La deuxième exportatrice mondiale d’huile d’olive après l’Union européenne (UE) ;
  5. La cinquième fournisseur des pays de l’Union européenne en produits d’habillement ;
  6. La cinquième productrice de phosphates du monde ;
  7. La dixième fournisseur de l’Union européenne en faisceaux de câbles.

La zone de libre-échange arabe :

  1. Entrée en vigueur le 1er janvier 1998 ;
  2. Les États membres de la zone de libre-échange arabe : l’Algérie, la Tunisie, le Royaume du Maroc, la Libye, l’Égypte, la Jordanie, la Syrie, le Liban, l’Irak, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes, le Koweït, le Qatar, le Bahreïn, l’Oman, la Palestine, le Soudan et le Yémen.

Le commerce international avec l’Union européenne (UE).

  1. L’Union européenne importe de la République tunisienne : les machines et les équipements de transports, les carburants et combustibles, les produits agricoles d’exportation... ;
  2. L’UE exporte vers la Tunisie les produits manufacturés, les équipements de transports.

L’investissement direct étranger (IDE) est libre pour les Tunisiennes et pour les étrangers dans la majorité des secteurs d’activité. Tout investisseur étranger peut détenir jusqu’à 100 % du capital du projet sans autorisation.

Exemple :
Association européenne de libre-échange (AELE)-Tunisie Accord de libre-échange

Exemple :
Accord de libre-échange Association européenne de libre-échange (AELE)-Tunisie

Exemple :
Partenariat euro-méditerranéen (EUROMED) Zone de libre-échange, l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc...


(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page