EENI École d'Affaires / Business School

Banque arabe pour le développement économique en Afrique



Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE)

BADEA : Banque arabe pour le développement économique en Afrique. Promouvoir le commerce

  1. L’introduction à la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA)
  2. La structure de la Banque BADEA
  3. Les projets financés par la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA)
  4. Le septième Plan quinquennal de la BADEA
  5. Le Programme BADEA de financement des exportations (BEFS)
  6. La rencontre des femmes d’affaires arabes et africaines

Les Fonds arabes pour le développement.

Étudiant africain doctorat / master FOAD en affaires internationales




Organisations islamiques

 a Banque arabe pour le développement économique en Afrique.

En 1973 fut créée la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), une organisation financière des États membres de la Ligue arabe avec les buts de :

  1. Faciliter les prêts financiers pour les projets de développement dans les pays africains et
  2. Fournir assistance technique

L’un des objectifs de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique est de promouvoir les exportations des pays arabes vers les marchés africains par le biais du Programme BADEA de financement des exportations (BEFS).

Le siège de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique est au Soudan (Khartoum). S.E. M. Abdelaziz KHELEF est le directeur général de la Banque.

Maintenant, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique peut contribuer jusqu’à 60 % du coût total d’un projet (max. 20 millions de dollars).

Dans le cadre du septième plan quinquennal de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), 1 100 millions de dollars sont disponibles pour les projets du secteur public, 450 millions pour le secteur privé et 50 millions pour l’assistance technique.

Les pays membres de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) sont l’Algérie, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Comores, Djibouti, l’Égypte, les Émirats, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, l’Oman, la Palestine, le Qatar, la Somalie, le Soudan, la Syrie (suspendu), la Tunisie et le Yémen.

Les pays bénéficiaires africains de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) (membres de l’Union africaine mais pas membres de la Ligue arabe) sont l’Afrique du Sud, l’Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Guinée équatoriale, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, Madagascar, le Malawi, le Mali, l’Île Maurice, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, la République centrafricaine, la République du Congo, la RD Congo, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Léone, le Soudan du Sud, l’Eswatini, la Tanzanie, le Tchad, le Togo, la Zambie et le Zimbabwe.

La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) appartient à la civilisation islamique et à la civilisation africaine.

Islam et affaires

Nous croyons en l’Afrique / Enseignement supérieur à des prix abordables pour les africains


(c) EENI Global Business School 1995-2024
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page

La connaissance conduit à l'unité comme l'ignorance mène à la diversité