EENI École d'Affaires / Business School

Commerce international de services (AGCS)



Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international de services. L’accord général sur le commerce des services (AGCS).

  1. L’introduction à l’accord général sur le commerce des services (AGCS) ;
  2. La transparence et la libéralisation du commerce international de services ;
  3. Les modes de prestation du commerce de services ;
  4. La clause de la nation la plus favorisée ;
  5. L’accès au marché et le traitement national ;
  6. La liste des engagements ;
  7. Les principes de base : l’accord, les annexes et les listes ;
  8. Étude de cas : le commerce de services entre la Chine et la Suisse ;
  9. L’accord général sur le commerce des services (AGCS) et les règlements nationaux ;
  10. Le Programme de Doha pour le développement ;
  11. Les autres questions de l’accord général sur le commerce des services (AGCS) ;
  12. L’analyse du commerce mondial des services ;
  13. Étude de cas :
    1. La Directive « services » du marché intérieur de l’UE ;
    2. L’évaluation des services et le commerce de services dans les pays andins ;
    3. Le commerce de services et les accords commerciaux régionaux.
  14. Le Manuel de statistiques du commerce international de services ;
  15. Le commerce de services énergétiques, des transports, des technologies de l’information, des textiles et de l’environnement.

Les objectifs de la formation « Le commerce international de services » sont les suivants :

  1. Comprendre l’importance de l’accord général sur le commerce des services (AGCS) ;
  2. Comprendre les concepts clefs du commerce de services : les modes de prestation, la clause de la nation la plus favorisée, la libéralisation, l‘accès aux marchés, les listes d’engagements ;
  3. Analyser le marché mondial des services.

Exemple :
le commerce mondial des services
Cours Master : Commerce de services

Étudiant africaine (cours, master, doctorat) en affaires internationales

L’UE « Le commerce international de services » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Masters (MIB) : commerce international, affaires internationales.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Doctorat (DIB) : commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Diplôme : commerce international.

Formation online (cours, master, doctorat) : Diplôme professionnel (DU) en commerce international

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) ou Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Trade in Services Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Comercio de Servicios Doctorats masters cours en portugais. Affaires et commerce international Comércio de Serviços.

  1. Crédits de l’UE « Le commerce international de services » : 2
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : deux semaines.

Domaine de spécialisation : commerce international.

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

Le commerce international de services (AGCS).

Depuis 1995 est en vigueur l’accord général sur le commerce des services (AGCS) dont l’objectif principal est de libéraliser le commerce international de services (les exportations et les importations) pour augmenter le commerce mondial.

L’accord général sur le commerce des services (AGCS) couvre tous les services exportables (l’OMC identifie douze secteurs clés et 160 sous-secteurs) :

  1. Le tourisme ;
  2. Les services aux entreprises ;
  3. Les technologies de l’information (TI) ;
  4. Les transports ;
  5. Les finances ;
  6. L’éducation ;
  7. L’architecture ;
  8. Les télécommunications ;
  9. La santé ;
  10. Les assurances ;
  11. La construction ;
  12. L’ingénierie ;
  13. La distribution ;
  14. Les évènements culturels et sportifs.

L’accord général sur le commerce des services (AGCS) vise notamment à promouvoir le commerce des services des pays en développement. Dans les économies plus développées, le secteur tertiaire représente une moyenne de 70 % du PIB, tandis que dans les pays en développement est souvent en dessous de 50 %.

Les États-Unis sont les plus grands exportateurs mondiaux de services (14 % du total), suivie par le Royaume-Uni (6 %), l’Allemagne (6 %), la Chine, la France, l’Inde, le Japon et l’Espagne.

Conformément à l’accord général sur le commerce des services (AGCS), se peut appliquer le principe du traitement de la nation la plus favorisée.

L’accord général sur le commerce des services (AGCS) identifie quatre modes dans la forme de fourniture d’un service à l’étranger :

  1. Le commerce transfrontalier ;
  2. La consommation à l’étranger ;
  3. La présence commerciale ;
  4. La présence de personnes physiques.

L’AGCS est parfaitement compatible avec les accords commerciaux régionaux (ACR) : les accords de libre-échange (ALE), les accords de partenariat économique (ACE)...


Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Allemagne, Angola, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Autriche, Bahreïn, Bangladesh, Barbade, Belgique, Belize, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Brunei Darussalam, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada, République centre-africaine, Chili, Chine, Colombie, Corée du Sud, Costa Rica, Côte d’Ivoire, Croatie, Cuba, Chypre, Danemark, Djibouti, Dominique, Équateur, Égypte Émirats arabes unis, Estonie, États-Unis, Fidji, Finlande, France, Gabon, Gambie, Géorgie, Ghana, Grèce, Grenade, Guatemala, Guinée, Guinée-Bissau, Guyane, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Îles Salomon, Islande, Inde, Indonésie, Espagne, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kirghizistan, Koweït, Laos, Lettonie, Lesotho, Libéria, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macao, Chine, Macédoine, Madagascar, Malawi, Malaisie, Maldives, Mali, Malte, Mauritanie, Maurice, Mexique, Moldavie, Mongolie, Maroc, Monténégro, Mozambique, Myanmar, Namibie, Népal, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Niger, Nigeria, Norvège, Oman, Pakistan, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Paraguay, Pérou, Philippines, Pologne, Portugal, Qatar, République tchèque, République du Congo, République démocratique du Congo, République dominicaine, Roumanie, Russie, Rwanda, Salvador, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Seychelles, Sénégal, Sierra Leone, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Sri Lanka, Suriname, Eswatini (Swaziland), Suède, Suisse, Taipei (Taïwan), Tanzanie, Tadjikistan, Thaïlande, Tchad, Togo, Trinité-et-Tobago, Tunisie, Turquie, Ouganda, Ukraine, Union européenne, Royaume-Uni, Uruguay, Vanuatu, Venezuela, Vietnam, Zambie, Zimbabwe.

Processus d’accession en cours à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) : Algérie, Andorre, Azerbaïdjan, Bahamas, Biélorussie, Bhoutan, Bosnie-Herzégovine, Comores, Curaçao, Éthiopie, Guinée équatoriale, Iran, Iraq, Liban, Libye, Ouzbékistan, Syrie, Sao Tomé-et-Principe, Serbie, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Timor-Leste, Yémen

  1. Turkménistan (statut d’observateur) ;
  2. Pays non membre : Corée du Nord.


(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page