Économie bouddhiste

EENI- École Supérieure de Commerce International

Programme de la sous-unité d’enseignement - les principes de l’économie bouddhiste. Shinichi Inoue.

  1. L’approche a l’économie bouddhiste
  2. E.F. Shumacher : « Ce qui est petit est beau »
  3. Shinichi Inoue : « L’économie bouddhiste : le chemin émergent entre le capitalisme et le socialisme »
  4. L’indice de félicité interne brute
  5. Le Manifeste par une économie bouddhiste
La sous-unité d’enseignement « Bouddhisme : principes de l’économie bouddhiste » fait partie :
  1. Doctorats professionnels à distance (DIB) : éthique mondiale, religions et affaires, Asie
  2. Masters professionnels EAD : affaires internationales (MIB), Asie
  3. Cours : Asie du Sud-Est, Chine

Outils d’étude en Fr + En Buddhism Economics Es Economía Budista.

L’économie bouddhiste
Économie bouddhiste

Description de la sous-unité d’enseignement - l’économie bouddhiste :

Les principes de l’économie bouddhiste se fondent beaucoup sur la propre vie du Bouddha.

Siddhârta (Bouddha) rejeté les conforts matériels de la vie réelle (il a renoncé à son règne), s’est aussi rendu compte de l’inutilité de l’ascétisme après l’avoir éprouvé et de la négation des besoins physiques naturels.

Le bouddhisme a réussi à transformer les sociétés et les économies de Chine, de Singapour, de la Corée, du Viêtnam ou du Japon par l’introduction de concepts éthiques dans la recherche de bénéfices.

Le japonais Shinichi Inoue a publié en 1997 le livre « En se mettant à travailler le bouddhisme : une nouvelle approche à la gestion et les affaires » sous-titré :

« L’économie bouddhiste : le chemin émergent entre le capitalisme et le socialisme ».

« Bouddha a tracé une ligne très fine entre le matérialisme et la négation du monde et ce chemin intermédiaire ou point de vue modéré est fondamental pour la compréhension de l’économie bouddhiste ».

Fondé sur l’idée du Bouddha que la libération spirituelle se gagne en évitant les extrêmes, soit par l’indulgence dans les plaisirs mondains ou par un sévère ascétisme et en parcourant « le chemin Moyen », Inoue recommande « l’économie bouddhiste » comme le chemin idéal entre les modèles de rivalité entre le capitalisme et le socialisme.

Pour l’auteur, aucun de ces systèmes n’a réussi à contenir l’implacable destruction de l’environnement et de la communauté humaine.

Son modèle de l’économie bouddhiste se fonde sur le fait de prendre les meilleurs aspects des deux systèmes économiques.

Il cherche à rendre compatibles le libre marché et la concurrence mais en respectant l’environnement et l’humanité, pour obtenir un monde un plus juste.

Inoue identifie trois principes clefs dans son modèle de l’économie bouddhiste : une économie...

  1. Qu’il bénéficie à un même mais aussi aux autres
  2. Fondée sur les principes de tolérance et de paix
  3. Que peut sauver au monde

Harmonie des religions Ahimsa non-violence

L’économiste allemand E.F. Shumacher (1911-1977) a écrit un livre important « Ce qui est petit est beau » où il a développé le concept de l’« économie bouddhiste ». L’essai montre comme les personnes doivent chercher le bien non seulement pour leur développement personnel mais aussi pour ceux de la communauté.

Le Roi du Bhoutan en 1972, Jigme Singye Wangchuk, a créé l’Indice de félicité Interne Brute pour mesurer l’économie du Bhoutan fondée sur les principes bouddhistes. C’est une alternative au Produit Interne Brut.

« Le véritable développement de l’humanité se trouve dans la complémentarité et dans le renforcement mutuel du développement matériel et spirituel » Jigme Singye Wangchuk

Les religions et les affaires.



EENI École Supérieure de Commerce International