EENI École d'Affaires / Business School

Économie russe


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : l’économie et le commerce international russe.

  1. L’introduction à l’économie russe ;
  2. Les antécédents historiques ;
  3. Le processus de privatisation ;
  4. L’économie russe d’aujourd’hui ;
  5. Les ressources naturelles russes ;
  6. L’agriculture russe ;
  7. Le secteur de l’énergie russe ;
  8. Le commerce international (exportations, importations) russe ;
  9. Les douanes russes ;
  10. Étude de cas :
    1. L’industrie automobile en Russie ;
    2. Le groupe GAZ.

Exemple :
l’économie et le commerce international russe.
Vladimir Potanin homme d’affaires russe (cours, master, doctorat)

Formation online (cours, master, doctorat) : affaires en Russie

Étudiants Europe France Belquique, Master / Doctorat, affaires

L’UE « L’économie et le commerce international russe » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Doctorat (DIB) : affaires européennes, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Masters (MIB) : affaires internationales, affaires en Europe.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Cours : affaires en Russie, orthodoxie et affaires.

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Russia Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Rusia.

La Fédération de Russie : ports russes, investissement, système de paiement, Vladimir Potanin, Hélène Baturina, Alexander Lebedev...

  1. Crédits de l’UE « L’économie russe » : 2
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : deux semaines.

Formation online (cours, master, doctorat) : Christianisme orthodoxe et affaires internationales

Exemple :
Alexander Lebedev, oligarque, philanthrope et chef d’entreprise russe orthodoxe (Russie)

L’économie russe.

L’économie russe.

  1. Le PIB (nominal) de la Russie (Europe) : 2 118 milliards de dollars (la huitième plus grande économie au monde)
    1. L’agriculture : 2,2 % ;
    2. L’industrie : 36,8 % ;
    3. Les services : 61 %.
  2. Le PIB russe (parité pouvoir d’achat) : 3 558 milliards de dollars (le sixième du monde) ;
  3. PIB russe par habitant : 24 370 dollars (PPP) ;
  4. L’inflation russe : 15 % ;
  5. La Russie est l’un des pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ;
  6. L’espace économique orthodoxe ;
  7. La Fédération de Russie est l’un des pays des plus riches en matières premières, dont beaucoup sont des intrants importants pour une économie industrielle ;
  8. La Fédération de Russie est un pays à revenu intermédiaire avec une population de 146 millions d’habitants ;
  9. La Russie est le plus grand pays au monde, elle couvre une grande quantité de territoires ;
  10. La Russie représente 20 % de la production mondiale de pétrole et de gaz naturel et possède d’importantes réserves de combustibles ;
  11. Depuis le crash financier de 1998, l’économie de la Fédération de Russie a marqué des taux de croissance élevés et sa situation macroéconomique est positive ;
  12. L’économie russe reste largement tributaire de l’exportation d’un nombre limité de ressources naturelles (hydrocarbures et métaux).

Les relations internationales de la Fédération de Russie.

  1. L’Union douanière entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan ;
  2. L’accord de libre-échange (ALE) avec l’Arménie et la Serbie ;
  3. La Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) ;
  4. La Communauté des États indépendants (CEI) ;
  5. La Communauté économique eurasiatique - Succédé par l'Union économique eurasiatique (UEEA) ;
  6. L’Organisation de coopération de Shanghai ;
  7. L’Organisation de la Coopération économique de la mer Noire (BSEC) ;
  8. L’Afrique et les pays du BRICS (Russie).

Les hommes d’affaires russes.

  1. Alexander Lebedev ;
  2. Vladimir Potanin ;
  3. Hélène Baturina.

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

Le commerce international russe.

  1. La Fédération de Russie est trop dépendante des exportations de matières premières : le pétrole, le gaz et les métaux représentent 80 % de ses exportations ;
  2. La Russie peut-être une excellente plateforme pour accéder aux anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale (l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Turkménistan...), des pays CIS (Communauté des États indépendants) et d’autres républiques de l’ex-URSS ;
  3. Les exportations de la Russie : 350 milliards de dollars ;
  4. Les principales destinations des exportations russes sont les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne, la Turquie, l’Ukraine, la Chine, la Pologne.. ;
  5. Les importations russes : 230 milliards de dollars ;
  6. Les principaux fournisseurs de la Russie sont la Chine, l’Allemagne, le Japon, l’Ukraine, les États-Unis.. ;
  7. La Fédération de Russie est la troisième partenaire commerciale de l’Union européenne (UE) ;
  8. La croissance a été de plus en plus tirée par la demande intérieure soutenue par l’abondance de liquidités en raison des prix élevés des principaux produits d’exportation (pétrole, gaz et métaux...).

Une décennie après l’implosion de l’Union soviétique en décembre 1991, la Russie lutte toujours pour établir une économie de marché moderne et réaliser une croissance économique forte.

Mais des sérieux problèmes encore persistent. La Russie reste lourdement dépendante des exportations des matières premières, spécifiquement le pétrole, le gaz naturel, des métaux et le bois de construction, qui représente plus 80 % d’exportations, laissant la Russie vulnérable aux oscillations des prix mondiaux.

La base industrielle de la Russie est de plus en plus dégradée et doit être remplacée ou modernisée si la Russie veut maintenir une croissance économique vigoureuse.

D’autres problèmes incluent un système bancaire faible, un pauvre environnement des affaires qui décourage les investisseurs tellement intérieurs qu’étrangers, la corruption, l’intervention gouvernementale locale et régionale et le manque de confiance en les institutions.

Des entreprises étrangères, qui planifient faire des affaires en Russie, devront étudier la mentalité russe. Elles doivent prendre en considération le caractère russe, apprendre à comprendre le peuple russe. En général la meilleure manière de faire des affaires en Russie est de comprendre et d’accepter, que les choses se passent de manière différente. Donc vous devez adapter et développer votre propre mentalité en conséquence pour entièrement exploiter le marché. Les avantages de comprendre l’étiquette russe des affaires ne peuvent pas être sous-estimés.

L’utilisation de cette connaissance sur le marché russe spécifique vous permettra d’être en avance sur d’autres entreprises et donc d’avoir une avance concurrentielle directe.

Il devrait être rappelé que la Russie, et les autres anciennes républiques soviétiques, sont maintenant en période de transformation économique et sociale profonde qui ne sont, par aucun moyen, achevés.

Exemple :
Yelena Baturina (femme d’affaires russe)

Exemple :
Organisation de coopération de Shanghai (SCO) : le Kazakhstan, la Chine, la République kirghize, la Russie, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan

Exemple :
APEC Coopération économique pour l'Asie-Pacifique. Zone de libre-échange


(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page