Pourquoi étudier Hindouisme, éthique et affaires ?

École d’Affaires EENI & Université HA



« Religions de l’Inde et affaires (hindouisme, zoroastrisme, jaïnisme, sikhisme) » (Cours / Master / Doctorat)

Doctorats, masters et cours connexes :

  1. Cours : religions de l’Inde et affaires, affaires en Inde
  2. Doctorats : éthique mondiale, religions et affaires, affaires en Asie
  3. Masters : religions et affaires, affaires internationales, Asie

Pourquoi étudier le cours « Hindouisme, éthique et affaires » ?

Ce cours FOAD s’adresse principalement aux cadres et aux entreprises souhaitant faire des affaires en Inde (pays du BRICS), un marché où l’influence de l’hindouisme (1 210 millions d’hindous, la troisième religion du monde) est fondamentale, ainsi que dans les pays de l’espace économique hindou (Maurice, Népal, Bhoutan...)

Carte civilisations et intégration

Pour mieux comprendre les piliers de l’hindouisme (ahimsa, détachement, véracité...), un des textes sacrés de l’hindouisme sera analysé : la Bhagavad-Gita (selon l’interprétation du Mahatma Gandhi) ainsi que les enseignements de Sri Ramakrishna (le prophète de l’harmonie entre les religions) et Swami Vivekananda.

Bhagavad-Gita (Hindouisme) doctorat

Tous eux ont contribué au renouveau éthique de l’hindouisme, influençant considérablement la société indienne actuelle et de nombreux hommes d’affaires indiens.

Sri-Ramakrihsna hindouisme (doctorat)

Les conglomérats indiens (Aditiya Birla, Infosys, Reliance, Hinduja, TATA...) sont devenus des acteurs très importants dans l’économie mondiale, ils sont présents sur les cinq continents et contrôlent d’importantes entreprises en Europe, aux États-Unis, en Asie et en Afrique. Pour mieux comprendre l’idiosyncrasie et particularités de ces conglomérats, le profil de plus de vingt hommes d’affaires et dirigeants indiens sera analysé, en étudiant l’influence de chaque religion sur sa stratégie et sur ses politiques en matière de responsabilité sociale.

Les femmes et les hommes d’affaires hindouistes.

  1. Kumar Mangalam Birla : le président du groupe Aditya Birla (la première multinationale en Inde)
  2. Senapathy Gopalakrishnan : le coprésident d’Infosys (l’une des plus grandes sociétés de technologie du monde)
  3. Kiran Mazumdar : la fondatrice de BIOCOM, la plus grande société de biotechnologie en Inde, BIOCOM applique une politique de prix abordable pour tous pour ses médicaments anticancéreux
  4. Shri Mukesh Ambani : le directeur de Reliance Industries (3% du PIB indien) et la neuvième personne la plus riche du monde
  5. Srichand P Hinduja : le directeur du groupe Hinduja (l’un des plus grands groupes diversifiés au monde). Le groupe Hinduja est caractérisé par l’application des principes védiques dans sa stratégie commerciale.

Senapathy Gopalakrishnan. Homme d’affaires hindouiste

Mais il faut aussi connaître l’influence du zoroastrisme (le groupe Tata possède des marques occidentales telles que Jaguar, Land Rover ou la coréenne Daewo), du jaïnisme (la famille Sahu Sain contrôle le plus grand groupe de communication indien), du sikhisme (des multinationales telles que le groupe Rotchild ou Mastercard ont embauché des cadres sikhs en raison de leur rectitude morale) et de l’islam (Yusuf Hamied est le fondateur de CIPLA, l’une des plus grandes entreprises pharmaceutiques génériques au monde) en Inde.

Sikhisme affaires et éthique (master, doctorat)

Jaïnisme affaires et éthique (master, doctorat)

Zoroastrisme éthique et affaires (Doctorat Master Cours)

Les profils des entrepreneurs indiens suivants sont analysés :

Les hommes d’affaires zoroastriens

  1. Le groupe TATA : l’une des plus grandes entreprises au monde (3,2 % du PIB indien, 450 000 travailleurs dans le monde)
  2. Cyrus S. Poonawalla : le fondateur de l’une des plus grandes sociétés pharmaceutiques du monde, sa vision est « Santé pour tous avec des vaccins à des prix abordables » : la moitié des enfants du monde sont vaccinés avec l’un de leurs vaccins
  3. Ardeshir Godrej : le président du groupe Godrej (l’un des principaux conglomérats indiens) et l’un des Indiens les plus riches (patrimoine de 9 milliards de dollars)
  4. Nusli Wadia : le président du groupe Wadia, l’un des plus anciens conglomérats de l’Inde (fondé en 1736)

Cyrus Poonawalla (homme d’affaires indien zoroastrien, cours)

Groupe Tata (Zoroastrisme, Inde, Master)

Les hommes d’affaires jaïnistes

  1. Sahu Jain : le groupe Times, de la famille jaïniste Sahu Jain, est la plus grande entreprise de communication en Inde.
  2. Gautam Adani : le président du groupe Adani, l’un des plus grands conglomérats indiens.
  3. Ajit Gulabchand : le président de l’une des plus grandes entreprises de construction indiennes (HCC Hindoustan)
  4. Bhavarlal Hiralal Jain : le fondateur de Jain Irrigation Systems et du Fond de charité jaïniste
  5. D’autres entrepreneurs jaïnistes

Bhavarlal Hiralal Jain (homme d’affaires jaïniste inde)

Les hommes d’affaires sikhs

  1. Ajaypal Singh Banga : le directeur de MasterCard
  2. Hardeep Singh : le fondateur de Tulip Telecom
  3. Malvinder et Shivinder Singh : les fondateurs de Fortis Healthcare, l’un des meilleurs prestataires de soins de santé en Asie-Pacifique
  4. Jogishwar Singh : le directeur général du groupe Rothschild (Suisse)

Homme d’affaires sikhs (Doctorat)

Les hommes d’affaires musulmans indiens :
  1. Azim Premji : le directeur de Wipro (une entreprise mondiale de technologies de l’information), selon le Financial Times, Premji est l’une des vingt-cinq personnes qui « ont radicalement changé notre façon de vivre, de travailler ou de penser »
  2. Joseph Khwaja Hamied : le fondateur de Cipla, l’une des plus grandes sociétés pharmaceutiques génériques au monde. Le Dr Hamied est à la tête de la lutte mondiale contre le sida, avec une politique de prix abordables pour tous.

Hindouisme Islam

Par conséquent, ce cours est également recommandé à toute personne souhaitant traiter avec des entreprises indiennes de tout le monde ou souhaitant travailler dans une entreprise d’origine hindoue.

La civilisation hindoue définit l’espace économique hindou, dont l’État central est l’Inde, mais qui s’étend en Asie et en Afrique.

Pour cette raison, les principales organisations économiques opérant dans l’espace économique hindou sont également analysées, telles que l’Association sud-asiatique pour la coopération régionale (ASACR), l’Initiative de la baie du Bengale (BIMSTEC), l’Union asiatique de compensation (ACU), la Coopération économique sous-régionale pour l’Asie du Sud (SASEC) ou l’Accord commercial Asie-Pacifique (APTA).

Association sud-asiatique pour la coopération régionale (Master)

Ainsi que les accords bilatéraux de libre-échange entre l’Inde et l’Île Maurice, le Chili, la Communauté andine, le MERCOSUR, l’Union européenne, le Sri Lanka, la Thaïlande, la Corée du Sud, Singapour, la Nouvelle-Zélande, l’Indonésie, le Conseil de coopération du Golfe, le Canada, l’Australie, l’ASEAN ou l’Union douanière d’Afrique australe (SACU).

Cours : Accord de libre-échange Inde-Corée du Sud

Le cours s’adresse également à tous ceux qui souhaitent faire des affaires sur les marchés de l’espace économique hindou (Maurice, Népal, Bhoutan, Bangladesh, Indonésie -Bali-).

En Afrique, en particulier en Afrique de l’Est, l’influence hindoue, en concurrence avec les entreprises chinoises, est de plus en plus importante et il est donc nécessaire de connaître l’Accord-cadre de coopération Afrique-Inde.

Cours Master : Commerce international Inde-Afrique





Tweter.png Tweet 
Envoyer à un ami:

/ Contacter par Whatsapp / Contacter par Skype / Contact par téléphone / / Imprimer cette page /
Retour à la page précédente Retourner

Pourquoi étudier religions et affaires internationales ?

Doctorats masters affaires en anglais India Religions Étudier en espagnol master, doctorat FOAD Religiones de India Étudier master FOAD affaires, portugais Religiões da Índia



(c) École d’Affaires EENI & Université HA (Nous n’utilisons pas de cookies)