EENI École d'Affaires / Business School

Commerce et affaires en Nouvelle-Zélande



Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en Nouvelle-Zélande, Auckland.

  1. L’introduction à la Nouvelle-Zélande (Océanie) ;
  2. Les affaires à Wellington et à Auckland ;
  3. L’économie néo-zélandaise ;
  4. Le commerce international (exportations, importations) néo-zélandais ;
  5. Les investissements directs étrangers (IDE) en Nouvelle-Zélande ;
  6. Les opportunités d’affaires en Nouvelle-Zélande :
    1. Les technologies de l’information (TI) ;
    2. Les infrastructures ;
    3. Les industries agricoles ;
    4. Les manufactures...
  7. Étude de cas : Fonterra ;
  8. L’accès au marché néo-zélandais ;
  9. Le plan d’affaires pour la Nouvelle-Zélande.

Les objectifs de l’UE « Le commerce international et les affaires en Nouvelle-Zélande » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires en Nouvelle-Zélande ;
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en Nouvelle-Zélande ;
  3. Connaitre les accords de libre-échange de la Nouvelle-Zélande ;
  4. Analyser les relations commerciales (importations, exportations, IDE) de la Nouvelle-Zélande avec le pays de l’étudiant ;
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché néo-zélandais.

Formation online (cours, master, doctorat) : Affaires en Océanie

Étudiants Europe France Belquique, Master / Doctorat, affaires

L’UE « Commerce international et affaires en Nouvelle-Zélande » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Masters (MIB) : affaires internationales, commerce international.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Doctorat (DIB) : affaires asiatiques, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais New Zealand Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Nueva Zelanda.

  1. Crédits de l’UE « Les affaires en Nouvelle-Zélande » : 2
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : deux semaines.

Le commerce international et les affaires en Nouvelle-Zélande.

Formation online (cours, master, doctorat) : Accès préférentiel / Accords commerciaux

L’accès préférentiel et les accords de libre-échange de la Nouvelle-Zélande.

  1. La Nouvelle-Zélande et l’espace économique de l’Océanie ;
  2. Le Forum de la coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC) ;
  3. Le Forum des îles du Pacifique (PIF) ;
  4. L’Organisation douanière de l’Océanie (OCO) ;
  5. L'Accord du Pacifique pour un renforcement des relations économiques (PACER Plus) ;
  6. L’accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) ;
  7. L’accord commercial australo néo zélandais ;
  8. La zone de libre-échange ASEAN-Australie - Nouvelle-Zélande ;
  9. L’accord de libre-échange et d'intégration économique Australie-Nouvelle-Zélande (ANZCERTA) ;
  10. L’accord régional de coopération commerciale et économique du Pacifique Sud (SPARTECA) ;
  11. Le Partenariat régional économique global (RCEP) ;
  12. L’accord de libre-échange (ALE) Russie - Nouvelle-Zélande ;
  13. L’accord de libre-échange Chine-Nouvelle-Zélande ;
  14. L’accord de libre-échange Thaïlande - Nouvelle-Zélande ;
  15. L’accord de libre-échange Royaume-Uni - États du Pacifique (Îles Salomon, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa) ;
  16. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Nouvelle-Zélande ;
  17. L’accord de libre-échange (ALE) Hong Kong Chine-Nouvelle-Zélande ;
  18. L’accord de libre-échange (ALE) Nouvelle-Zélande-Malaisie ;
  19. L’accord de libre-échange (ALE) Nouvelle-Zélande-Singapour ;
  20. Les accords avec l’Inde et le Conseil de coopération du Golfe (CCG).. ;
  21. L’Alliance du Pacifique - pays candidat ;
  22. Le Système d’intégration centraméricain (SICA) - pays observateur.

Exemple :
Accord de libre-échange Chine - Nouvelle-Zélande

Formation online (cours, master, doctorat) : Programmes de Facilitation des échanges (commerce international). Accord AFC

Exemple :
Accord de libre-échange Thaïlande - Nouvelle-Zélande

Formation online (cours, master, doctorat) : Organisations économiques asiatiques

Les organisations commerciales et économiques asiatiques :

  1. La Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) ;
  2. La Banque asiatique de développement (BAD) ;
  3. Le Plan de Colombo ;
  4. Le Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique ;
  5. Le Dialogue Asie-Europe (ASEM) ;
  6. Le Forum de coopération Amérique latine-Asie de l’Est (FEALAC) ;
  7. Le Forum de Boao pour l’Asie.

Formation online (cours, master, doctorat) : Mondialisation et organisations

Les organisations mondiales :

  1. La Banque mondiale (BM) ;
  2. Les Nations Unies (NU)
    1. Le Centre du commerce international (CCI INTRACEN) ;
    2. La Conférence sur le commerce et le développement (CNUCED) ;
    3. L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).
  3. Le Fonds monétaire international (FMI) ;
  4. Le Conseil de coopération économique du Pacifique (PEEC) ;
  5. La Commonwealth ;
  6. L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Exemple :
APEC Coopération économique pour l'Asie-Pacifique. Zone de libre-échange

  1. La Nouvelle-Zélande est un pays insulaire du Pacifique sud-ouest. Elle comprend le Nord et les îles du Sud ;
  2. La capitale néo-zélandaise est Wellington ;
  3. La plus grande ville et le principal port est Auckland ;
  4. L’anglais, le maori et la langue de signaux néo-zélandais sont reconnus comme des langues officielles ;
  5. La Nouvelle-Zélande a une population diverse, interculturelle de plus de 4 millions d’habitants ;
  6. La superficie néo-zélandaise : 268 680 kilomètres carrés ;
  7. Langue : l'anglais ;
  8. La Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle, la Reine Élizabeth II (Royaume-Uni) est la chef de l’État ;
  9. La Nouvelle-Zélande est devenue indépendante du Royaume-Uni en 1853.

La principale religion de la Nouvelle-Zélande est le christianisme.

La Nouvelle-Zélande appartient à l’espace économique de l’Océanie de la civilisation occidentale.

Formation online : Christianisme et affaires (catholicisme, protestantisme)

Exemple :
Accord de libre-échange Singapour - Nouvelle-Zélande

L’économie néo-zélandaise.

  1. La Nouvelle-Zélande a une économie très performante et orientée au marché, un environnement d’affaires stable et unes infrastructures de grande qualité ;
  2. L’indice de liberté économique de la Nouvelle-Zélande (Heritage) est 82,3, est la quatrième plus libre économie au monde ;
  3. La Nouvelle-Zélande se classe en deuxième lieu au monde en ce qui concerne à la facilité de faire des affaires, selon l’indice de la Banque mondiale (BM) ;
  4. La Nouvelle-Zélande est membre de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC).

Exemple :
Le commerce international et les affaires en Nouvelle-Zélande :
Commerce international et affaires en Nouvelle-Zélande

L’un des secteurs qui est en train d’éprouver une rapide et forte croissance est l’agroalimentaire (nourritures et boissons).

  1. Les exportations alimentaires et de boissons néo-zélandaises ont été de 22 millions de dollars de la Nouvelle-Zélande ;
  2. Le secteur alimentaire néo-zélandais représente 10 % du produit intérieur brut néo-zélandais et représente plus de la moitié de toutes les exportations de produits de la Nouvelle-Zélande ;
  3. Fonterra est l’un des principaux exportateurs mondiaux de produits lactés. Sa chaine internationale de fourniture commence dans les fermes de la Nouvelle-Zélande en commercialisant ses produits dans plus de 140 pays.

Exemple :
Accord de libre-échange ASEAN-Australie - Nouvelle-Zélande

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

Le commerce international néo-zélandais :

  1. Les principaux partenaires de la Nouvelle-Zélande sont l’Australie, les États-Unis, le Japon, la Chine et le Royaume-Uni ;
  2. Les marchés d’exportation avec des croissances plus importantes sont la Chine (43 %), Singapour (28 %), l’Égypte (25 %), les Émirats arabes unis (18 %) et l’Inde (16 %) ;
  3. Le port d’Oakland gère 30 % du total du commerce international de la Nouvelle-Zélande (représente presque 13 % du produit intérieur brut national.) ;
  4. L’Europe est une importante partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande, outre une importante source d’investissement direct étranger (IDE) ;
  5. L’Amérique du Nord est l’un des partenaires commerciaux les plus importants de la Nouvelle-Zélande ;
  6. L’Australie est le voisin le plus proche de la Nouvelle-Zélande. Le commerce avec l’Australie représente 23 % des exportations de la Nouvelle-Zélande et 18 % des importations de la Nouvelle-Zélande (NZ 7,4 milliards de dollars) ;
  7. L’accord de libre-échange (ALE) entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie (harmonisation des marchés et des systèmes financiers), fait de la Nouvelle-Zélande une destination très attractive pour les entreprises australiennes ;
  8. Le Nord de l’Asie est l’un des plus grands marchés de la Nouvelle-Zélande pour les biens de consommation de première qualité et pour les produits de grande valeur ajoutée ;
  9. La Chine, le Japon et la République de Corée sont les principaux partenaires régionaux ;
  10. Le commerce international et les liens économiques avec l’Asie Sud orientale sont très importantes. La région contient trois des principaux partenaires commerciaux (Singapour, la Malaisie, l’Indonésie) et il représente environ 11 % des exportations de produits (NZ 4,7 milliards de dollars) et 16 % des importations.

Cours Master : commerce international Nouvelle-Zélande

Exemple :
Accord de coopération économique Inde - Nouvelle-Zélande

Asie.



(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page