Affaires au Burkina Faso

EENI- École Supérieure de Commerce International

Programme de l’unité d’enseignement : le commerce international et les affaires au Burkina Faso. L’économie burkinabè. Ouagadougou

  1. L’introduction à la République du Burkina Faso Burkina Faso (Afrique de l’Ouest)
  2. Le docteur Joseph Ki-Zerbo
  3. Faire des affaires à Ouagadougou
  4. L’économie burkinabè
  5. Le commerce international burkinabè
  6. Les opportunités d’affaires au Burkina Faso
    1. L’agriculture
    2. Les mines
    3. L’industrie
    4. Le tourisme
    5. Le secteur tertiaire
    6. L’immobilier
    7. Les infrastructures
  7. Étude de cas : le Salon international des arts et métiers (Ouagadougou)
  8. L’accès au marché burkinabè
  9. Le plan d’affaires pour le Burkina Faso

Les objectifs de l’unité d’enseignement « le commerce international et les affaires au Burkina Faso » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires au Burkina Faso
  2. Évaluer les opportunités d’affaires au Burkina Faso
  3. Analyser les relations commerciales du Burkina Faso avec le pays de l’étudiant
  4. Connaitre les accords commerciaux du Burkina Faso
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le Burkina Faso

Susana Fernández avec deux étudiants du Burkina (Clément Lonfo et Christelle Yameogo) en recevant le diplôme du Master en Affaires Internationales au siège de l’EENI
Susana Fernández, étudiants Afrique

L’unité d’enseignement « Faire des affaires au Burkina Faso » fait partie :
  1. Masters professionnels : affaires internationales, Afrique subsaharienne, pays musulmans
  2. Doctorats à distance : pays musulmans, Afrique
  3. Cours : Afrique de l’Ouest
  4. Licence en affaires interafricaines

Recommandations pour les étudiants burkinabès.

  1. Crédits de l’unité d’enseignement « Le commerce international et les affaires au Burkina Faso » : 1 ECTS - CECT
  2. Durée : une semaine

Master PRO en commerce international Université Ouaga II - EENI
Master en commerce international Burkina

Outils d’étude du cours en Français ou Anglais Burkina Faso Portugais Burkina Espagnol Burkina.

Le Burkina Faso : l’une des économies régionales qui a mis en œuvre plusieurs réformes.

Nous croyons en l’Afrique

Jean Thierry Somda Enseignants EENI au Burkina Faso :

  1. Thierry Somda
  2. Dre Geneviève Barro
  3. Dr Ousséni SO

Exemple de l’unité d’enseignement - Le commerce international et les affaires au Burkina Faso :
Burkina Faso affaires

Abdoul Karim Ouandaogo (étudiant EENI)
Ouandaogo Abdoul Karim (Étudiant Master Université d’Ouagadougou et l’EENI) lauréat d’un concours régional de l’UEMOA.

Description de l’unité d’enseignement (commerce international et affaires au Burkina Faso) :

Stratégiquement situé au cœur de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso est un carrefour inéluctable au sein du marché commun de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) avec 70 millions d’habitants.

  1. Les frontières burkinabè : le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire
  2. La superficie du Burkina Faso est de 274 200 kilomètres carrés avec une population de 16 millions d’habitants
  3. Un pays enclavé de l’Afrique
  4. L’indépendance burkinabè : 1960 (France)
  5. Le Burkina est l’un des pays les plus pauvres
  6. La capitale du Burkina Faso : Ouagadougou (1,5 millions)
  7. La langue officielle burkinabè : le français
  8. Les langues locales : Moore, Fulfulde, Dioula

Les religions au Burkina :

  1. L’islam (65 % de la population, 9 millions)
  2. Le christianisme
  3. L’animisme

Le Burkina Faso appartient à l’espace économique de l’Afrique de l’Ouest de la civilisation africaine.

Dr Joseph Ki-Zerbo (l’Afrique à enfanté l’histoire)

L’économie burkinabè.

  1. Le Burkina Faso base sa stratégie de développement pour les années prochaines sur une perspective d’ouverture aux marchés régionaux et mondiaux
  2. Le Burkina Faso s’est fixé un objectif précis : devenir un pôle du développement économique en Afrique de l’Ouest
  3. Un programme d’ajustement structurel a permis de rétablir les grands équilibres macroéconomiques

Le profil économique du Burkina Faso :

  1. La monnaie burkinabè : le franc CFA de l’Afrique de l’Ouest
  2. L’agriculture : 90 % de la population du Burkina
  3. La principale culture burkinabè : le coton
  4. Les principales exportations burkinabès sont le coton et l’or (68 %)
  5. Les principaux produits exportés par le Burkina Faso sont le coton, les noix, l’or, les bovins, les chèvres, les moutons, les graines de sésame, les fruits et les légumes
  6. La croissance du PIB burkinabè : 7 %
  7. Composition du PIB :
    1. L’agriculture 35 %
    2. L’industrie 23 %
    3. Les services 42 %
  8. Les principaux secteurs burkinabès sont l’agriculture, le commerce et l’exploitation minière
  9. L’inflation : 3 %
  10. Le commerce régional avec d’autres pays de la CEDEAO et de l’UEMOA est très faible, limité aux produits agricoles
  11. Faire des affaires (la Banque mondiale) : 154
  12. Libéralisation positive de l’économie burkinabè
  13. Le Burkina Faso est un pays ouvert aux investisseurs étrangers
  14. Les foires burkinabès :
    1. La Foire internationale de l’artisanat et des arts (SIAO)
    2. Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou
  15. Le taux de croissance de l’activité économique burkinabè a été de 7 %

Cette accélération de la croissance économique est fondamentalement imputable au secteur primaire, concernant la reprise de la production de céréales et de la production de coton.

Le commerce international burkinabès.

  1. Le ministre burkinabè du commerce international, de la promotion de l’entreprise exportatrice et de l’artisanat assure la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière de promotion de l’entreprise exportatrice, du commerce international et de l’artisanat
  2. Les importations burkinabès ont connu un taux de croissance de 14,9 %. Cette évolution est liée au dynamisme de l’activité économique et aux importations des biens d’équipement
  3. Les exportations ont progressé de 25,7 % contre 7,4 %, concernant les exportations du secteur minier burkinabè
  4. Le déficit du compte courant extérieur, hors dons, s’est amplifié en ressortant à 11,9 % du produit intérieur brut contre 11,4 % une année auparavant
  5. Les importations totales ont connu en effet, une hausse de 9,5 % pour s’établir à 640,8 milliards, sous l’effet du regain du dynamisme de l’activité économique intérieure et du renchérissement des cours mondiaux du pétrole et des produits d’exportation alimentaires
  6. Les exportations burkinabès : 307,7 milliards en hausse de 3,1 %
  7. Cette progression a découlé de l’accroissement des ventes extérieures d’or dont l’incidence a été atténuée par la chute de 27,1 % des exportations de coton

L’Office national du commerce international. La mission principale de l’ONAC est de promouvoir le commerce international au niveau mondial.

L’autoroute trans-sahélienne (Corridor Dakar-Burkina - N’Djamena).

Les ports les plus proches :

  1. Le port de Tema (Ghana, environ 1 000 kilomètres)
  2. Le port d’Abidjan (Côte d’Ivoire)
  3. Le port de Lomé (Togo) - projet du chemin de fer
  4. Le port de Cotonou (Bénin) - Autoroute
  5. Le port de Dakar (Sénégal)

Ports du Ghana

Le Burkina Faso a accès préférentiel à :

  1. La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)
  2. L’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)
  3. La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)
  4. Le Burkina Faso est bénéficiaire de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (AGOA)
  5. Accord-cadre États-Unis - Union Économique et Monétaire Ouest Africaine
  6. Les relations Burkina Faso-Union européenne
    1. L’accord de partenariat économique Union européenne-UEMOA (en négociation)
    2. L’accord de partenariat économique UE-CEDEAO (en négociation)
    3. Le Partenariat stratégique Afrique-Union européenne (Cotonou)
    4. Le Système de préférences généralisées

Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO / ECOWAS)

Le Burkina Faso est membre de/du :

  1. L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA)
  2. L’Autorité du bassin du Niger
  3. Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD)
  4. La Banque africaine de développement
  5. La Commission économique pour l’Afrique (CEA)
  6. Le G5 Sahel
  7. L’Union africaine (UA)
  8. Le Sommet Afrique (Burkina) - Amérique du Sud
  9. L’Organisation de la coopération islamique (OCI)
  10. La Banque islamique de développement (BID)
  11. Le Forum sur la coopération Chine-Burkina
  12. La Coopération afro-arabe
  13. La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA)
  14. Le Forum Afrique-Inde (Burkina)

Exemples - les affaires au Burkina Faso

Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)

Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)

Banque Ouest-Africaine Développement BOAD

Le groupe Soyaf (Burkina Faso). Créé en 1982 par M. Salif Yameogo, le groupe Soyaf est l’une des plus importantes holdings au standard international en Afrique de l’Ouest. Le groupe Soyaf a attiré au Burkina Faso plusieurs grandes multinationales.

Université U-EENI