EENI École d'Affaires / Business School

Commerce et affaires en Corée du Sud, Séoul


Partager la page par Twitter

Programme de l’unité d’enseignement (UE) : le commerce international et les affaires en Corée du Sud. L’économie coréenne.

  1. L’introduction à la République de Corée ;
  2. L’économie sud-coréenne ;
  3. Les principaux secteurs économiques sud-coréens :
    1. La construction navale sud-coréenne ;
    2. Les semi-conducteurs ;
    3. La construction ;
    4. L’électronique ;
    5. Les automobiles.
  4. Le commerce international (exportations, importations) sud-coréen ;
  5. Les investissements directs étrangers (IDE) en Corée du Sud ;
  6. Faire des affaires à Séoul ;
  7. Les opportunités d’affaires dans les provinces de la Corée du Sud ;
  8. Étude de cas :
    1. Lee Kun-hee (président de Samsung) ;
    2. Les entreprises coréennes : Hynix, Daehwa, Samyang, Daedeok, Samik, Valeo Pyeong Hwa, GM Daewoo..
  9. Le Partenariat Afrique-Corée du Sud ;
  10. L’accès au marché sud-coréen ;
  11. Le plan d’affaires pour la Corée du Sud.

Les buts de l’unité d’enseignement « le commerce international et les affaires en Corée du Sud » sont les suivants :

  1. Apprendre à faire des affaires en Corée du Sud ;
  2. Évaluer les opportunités d’affaires en Corée du Sud ;
  3. Analyser les relations commerciales (importations, exportations, IDE) de la Corée du Sud avec le pays de l’étudiant ;
  4. Connaitre les accords de libre-échange (ALE) de la Corée du Sud ;
  5. Apprendre à élaborer un plan d’affaires pour le marché coréen ;
  6. Étudier le profil des entreprises coréennes.

Exemple :
Le commerce international et les affaires en Corée du Sud (Asie) :
Conférence de coopération économique Corée du Sud-Afrique (KOAFEC)

Étudiants Cours Master Doctorat, affaires, commerce international

L’UE « Commerce international et affaires en Corée du Sud » fait partie des programmes FOAD Online proposés par l’EENI Global Business School (École d’Affaires) :

Masters (MIB) : affaires internationales, commerce international, affaires en Asie.

Masters professionnels en commerce international et affaires - Formation online

Doctorat (DIB) : affaires asiatiques, commerce mondial.

Doctorat professionnel en affaires internationales (DIB) - Formation online

Cours : Confucianisme, taoïsme et affaires.

Les documents d’étude en Cours Masters Doctorats, affaires internationales, commerce, en français (Afrique francophone, France) + Doctorats masters cours, affaires et commerce international en anglais Korea Étudier en espagnol master, doctorat, course, commerce international et affaires (Afrique, France) Corea.

  1. Crédits de l’UE « Les affaires en Corée du Sud » : 2
    ECTS - CECT ECTS (Système européen de transfert et d’accumulation de crédits) - CECT = Crédit d’évaluation capitalisable et transférable (CAMES).
    ;
  2. Durée : deux semaines.

석사 무 역 및 국제 마케팅.

Commerce international et affaires en Corée du Sud.

La Corée du Sud est la treizième économie plus grande du monde (par PIB).

Formation online (Course Master Doctorat) : Transport et logistique internationale

Accès aux corridors de transport :
  1. Le Chemin de fer transsibérien (Russie, Mongolie, Chine, Corée du Nord) ;
  2. Le Corridor paneuropéen II (Russie-Biélorussie-Pologne-Allemagne).

Formation online (cours, master, doctorat) : Accès préférentiel / Accords commerciaux

L’accès préférentiel et les accords de libre-échange de la Corée du Sud.

  1. La Corée du Sud et l’espace économique bouddhiste ;
  2. Le Forum de la coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC) ;
  3. Les accords de libre-échange : Union européenne, AELE, Pérou.. ;
  4. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Singapour ;
  5. L’accord de libre-échange et d'intégration économique du Royaume-Uni - Corée du Sud ;
  6. L’accord de libre-échange Corée du Sud-États-Unis ;
  7. L’accord de libre-échange Corée du Sud-Chili ;
  8. L’accord de partenariat économique Corée du Sud-Inde ;
  9. L’accord de libre-échange Chine-Corée du Sud ;
  10. La zone de libre-échange ASEAN-Corée du Sud ;
  11. L’Accord commercial Asie-Pacifique (APTA) ;
  12. Le Partenariat régional économique global (RCEP) ;
  13. Le Système global de préférences commerciales entre pays en développement (SGPC) ;
  14. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Vietnam ;
  15. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Colombie ;
  16. L’accord de libre-échange Corée du Sud-Amérique centrale (Costa Rica, El Salvador, Honduras, Nicaragua, Panama) ;
  17. L’accord de libre-échange Corée du Sud-Turquie ;
  18. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Australie ;
  19. L’accord de libre-échange (ALE) Corée du Sud-Nouvelle-Zélande ;
  20. L’accord de libre-échange Canada-Corée du Sud ;
  21. L’Association des États de la Caraïbe (AEC) - pays observateur ;
  22. L’Association latino-américaine d’intégration (ALADI) - pays observateur ;
  23. L’Association sud-asiatique pour la coopération régionale (ASACR) - pays observateur ;
  24. L’Alliance du Pacifique - pays candidat ;
  25. L’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) - pays candidat ;
  26. L’Association des États riverains de l’Océan Indien (IORA) - pays partenaire de dialogue.

Exemple :
Accord de libre-échange AELE-Corée du Sud

Formation online (cours, master, doctorat) : Programmes de Facilitation des échanges (commerce international). Accord AFC

Formation online (cours, master, doctorat) : Organisations économiques asiatiques

Exemple :
APEC Coopération économique pour l’Asie-Pacifique

La République de Corée.

  1. Les frontières de la Corée du Sud : le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Nord ;
  2. Les provinces de la Corée du Sud : Incheon, Gangwon, Gyeonggi, Chungbuk, Chungnam, Daejon, Gyeongbuk, Daegu, Jeonbuk, de Gyeongsang, Ulsan, Gwangju, Busan, Jeonnam ;
  3. La langue de la Corée du Sud : le coréen.
    1. Il y a environ 75 millions d’habitants dans le monde que parlent le coréen ;
    2. Le coréen est la langue la plus parlée dans treize pays.
  4. La population sud-coréenne : 49 millions d’habitants ;
  5. La capitale sud-coréenne : Séoul ;
  6. La superficie de la Corée du Sud : 100 210 kilomètres carrés ;
  7. La Corée du Sud est une république présidentielle ;
  8. L’indépendance de la Corée du Sud du Japon : 1945 ;
  9. La monnaie de la Corée du Sud est le Won sud-coréen ;
  10. L’abolition de l’esclavage : 1894.

Séoul, la capitale de la République de Corée est le centre économique, financier et d’affaires de la Corée.

  1. Le produit intérieur brut de Séoul : 193,7 millions de dollars ;
  2. Les zones métropolitaines de la ville de Séoul représentent 47,7 % du PIB sud-coréen.

La religion en Corée du Sud.

  1. Plus de la moitié des sud-coréennes affirment ne professer aucune croyance religieuse ;
  2. 10 millions de sud-coréennes (23 % de la population) pratiquent le bouddhisme ;
  3. L’influence du confucianisme et du taoïsme est notable ;
  4. Le christianisme : 14 millions. Le protestantisme (calvinistes, méthodistes).

Formation online (cours, master, doctorat) : Bouddhisme et affaires internationales

Formation online : Confucianisme, taoïsme et affaires

Formation online : Christianisme et affaires (catholicisme, protestantisme)

La Corée du Sud appartient à l’espace économique bouddhiste / civilisation sinique.

Exemple :
Lee Kun-hee, homme d’affaires sud-coréen (bouddhiste)

L’économie sud-coréenne.

  1. La Corée du Sud est passée d’un pays dévastée par la guerre à la treizième économie plus grande du monde, dû surtout à ses industries et ses exportations ;
  2. Maintenant, la Corée du Sud est la quatrième économie plus grande de l’Asie ;
  3. La Corée du Sud (ROC) est leader mondial en divers secteurs : la construction navale, les semi-conducteurs, construction, l’électronique numérique et les automobiles ;
  4. Les constructrices coréennes aussi brillent dans le milieu international, spécialement dans le marché de la construction de bâtiments et œuvre publique en Asie et au Moyen-Orient ;
  5. Les principales entreprises sud-coréennes (Fortune globale 500) : Samsung électronique, lG, Hyundai Motors, Kia, SK, Samsung Assurance Vie, POSCO, Korea Électrique Power Corporation, Kookmin Banque, Hanwha, KT, Samsung, Hyundai industries lourdes, SK Networks et S-Oil ;
  6. La Corée du Sud produit plus de 3,8 millions de véhicules par an, dominé par les cinq fabricants d’automobiles de la Corée : Hyundai Moteur, Daewoo de GM, Renault Samsung, Ssangyong Moteur et KIA Motors ;
  7. Les entreprises mixtes entre Samsung et Sony et LG et Philippes sont deux excellents exemples d’alliances productives industrielles dans le secteur du LCD, alors que l’acquisition de Daewoo Motors par GM et de Renault Samsung Motors représente le succès dans le secteur de la locomotion ;
  8. Sept des dix meilleurs constructeurs naval au monde, comprenant Hyundai industries lourdes, Samsung industries lourdes a Scié., la construction Navale Daewoo et Marine Engineering a Scié., la construction navale STX et Hanjin industries lourdes ;
  9. La Corée du Sud est une puissance en matière de technologies de l’information. Samsung est le plus grand fabricant au monde de puces de mémoire d’ordinateurs et Hynix Semi-conducteur est actuellement le premier fabricant mondial de mémoires DRAM et le troisième de mémoires NAND Flash ;
  10. En plus la Corée du Sud est une importante productrice d’appareils d’air aménagé, microondes, ordinateurs, écrans de vitre liquide ;
  11. La Corée a pour objectif d’augmenter sa domination dans le marché mondial d’écrans LCD grâce au contrôle d’au moins 45 % du marché mondial .

Exemple :
Accord de libre-échange États-Unis - Corée du Sud

Formation online (cours, master, doctorat) : Commerce international

Le commerce international sud-coréen.

  1. La Corée du Sud exporte vers 220 pays autour du monde (la Chine, le Japon, les États-Unis) ;
  2. Les principaux marchés d’exportation sud-coréens sont les États-Unis, le Canada, le Brésil, le Mexique, les pays de l’ASEAN, le Japon, la Chine, Singapour, l’Inde, l’Australie, l’Union européenne (UE), le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, la Russie et l’Arabie saoudite ;
  3. Le port de Busan est l’un des ports avec le plus du trafic de conteneurs au monde (13,45 millions de TEU).

L’investissement direct étranger (IDE) en Corée.

  1. L’investissement (IDE) en Corée s’est réduit 8,2 % ;
  2. L’investissement direct étranger dans l’industrie manufacturera a diminué, alors que l’investissement direct étranger (IDE) dans l’industrie de services a augmenté pendant la même période ;
  3. L’investissement de l’Union européenne en Corée du Sud a augmenté ;
  4. Bien que le flux d’investissement direct à l’étranger soit considérablement inférieur en Corée par rapport à la majorité d’autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques, les gouvernants ont conscience de l’importance primordiale de l’investissement direct étranger pour la croissance économique. C’est pourquoi plusieurs taxes et d’autres incitations sont réservées aux entreprises à participation étrangère ;
  5. En outre, des mesures ont été prises pour améliorer à la fois l’environnement économique de ces entreprises et le cadre de vie de leurs employés. L’investissement direct à l’étranger demeure toutefois partiellement ou totalement restreint dans quelques secteurs d’activité (télédiffusion et radiodiffusion, production d’énergie nucléaire).

Exemple :
Accord de libre-échange Inde-Corée du Sud

Exemple :
Accord de libre-échange Corée du Sud-Chili

L’Union européenne-Corée du Sud (accord de libre-échange)
Accord de libre-échange Union européenne (France, Belgique...)-Corée du Sud

Exemple :
Accord de libre-échange Corée du Sud-Pérou



(c) EENI Global Business School (École d’Affaires) 1995-2022
Nous n’utilisons pas de cookies
Remonter en haut de la page